Après les élections: Le verdict du Rubygate rendu fin février
Actualisé

Après les électionsLe verdict du Rubygate rendu fin février

Le verdict dans le procès Rubygate, où Silvio Berlusconi est accusé de prostitution de mineure et d'abus de pouvoir, sera rendu après les élections législatives auxquelles le Cavaliere est candidat.

Les juges ont revu avec les parties concernées (défense et accusation) la séquence des audiences prévues dans les prochaines semaines et fixé une dernière session, qui sera probablement celle du jugement, au 11 mars. Auparavant et comme ils l'avaient déjà fait en vain lors de l'audience précédente, les avocats de M. Berlusconi ont demandé la suspension pure et simple du procès pendant la campagne électorale qui vient de commencer.

Lundi dernier, les juges avaient rejeté une requête allant dans le même sens des avocats du Cavaliere, qui, à 76 ans, se présente pour la sixième fois aux législatives à la tête d'une coalition de centre-droit. Contrairement à ce qu'évoquaient les médias italiens jusqu'à présent, avec le nouveau calendrier fixé lundi, M. Berlusconi n'aura pas à subir la possible déconvenue d'une condamnation avant les élections. Les juges ont d'ores et déjà décidé de supprimer du calendrier les audiences des 18 et 25 février car l'une des magistrates est également mobilisée pour des procès menés par d'autres chambres du Tribunal de Milan.

Le Tribunal a décidé de se passer du témoignage de Ruby

Lors de la prochaine audience fixée au 28 janvier, est prévue l'audition de la mère de Ruby, Karima El Mahroug, la jeune Marocaine que M. Berlusconi est accusé d'avoir fait se prostituer quand elle était mineure. Le 4 février sera consacré à l'audition d'autres témoins. Le réquisitoire du Parquet pourrait intervenir le 11 février ou bien trois semaines plus tard, après le scrutin législatif. Deux autres audiences ont été fixées en mars, une le 4 probablement réservée aux plaidoiries de la défense et l'autre le 11, qui pourrait être consacrée aux dernières «répliques» et au verdict.

M. Berlusconi est jugé depuis avril 2011 à Milan pour prostitution de mineure et abus de pouvoir: il est accusé d'avoir rémunéré des prestations sexuelles de Ruby et de l'avoir fait libérer en exerçant des pressions sur la police qui l'avait interpellée pour un larcin en mai 2010. Tous deux nient avoir eu des relations sexuelles. La semaine passée, le Tribunal a décidé de se passer du témoignage direct de Ruby et de se baser exclusivement sur les procès-verbaux de l'enquête. (afp)

Ton opinion