Collision à Millas: Le village pleure Alan, Loïc, Ophélia, Yonas et Diogo
Actualisé

Collision à MillasLe village pleure Alan, Loïc, Ophélia, Yonas et Diogo

Décorations de Noël enlevées, drapeaux en berne, illuminations de Perpignan éteintes: les Pyrénées-Orientales portent le deuil, samedi, après la violente collision de Millas.

1 / 21
Le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) a estimé que «le scénario le plus probable» de l'accident de Millas était une défaillance de la conductrice du car. (Vendredi 17 mai 2019)

Le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) a estimé que «le scénario le plus probable» de l'accident de Millas était une défaillance de la conductrice du car. (Vendredi 17 mai 2019)

kein Anbieter
A Saint-Féliu-d'Avall, village dont toutes les jeunes victimes étaient originaires, balayé par un vent froid, plusieurs milliers de personnes ont assisté à l'hommage (jeudi 21 décembre 2017).

A Saint-Féliu-d'Avall, village dont toutes les jeunes victimes étaient originaires, balayé par un vent froid, plusieurs milliers de personnes ont assisté à l'hommage (jeudi 21 décembre 2017).

AFP
La conductrice d'un car scolaire entré en collision avec un train à Millas dans le sud de la France, qui avait tué six collégiens, a été inculpée pour homicides et blessures involontaires. (Mercredi 20 décembre 2017)

La conductrice d'un car scolaire entré en collision avec un train à Millas dans le sud de la France, qui avait tué six collégiens, a été inculpée pour homicides et blessures involontaires. (Mercredi 20 décembre 2017)

AFP

Les investigations se poursuivaient samedi ainsi que les auditions, parmi les enfants et leurs familles, les passagers du train et les témoins de l'accident, jeudi à Millas. Avec cette question cruciale à laquelle devront répondre les enquêteurs: les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes, comme l'a affirmé auprès de son employeur la conductrice du bus scolaire, blessée dans l'accident, ou étaient-elles fermées au moment de la traversée des voies?

«Tout le travail pour faire parler les barrières est effectué, pour déterminer ce qui a pu se passer», dit-on de source proche de l'enquête. Le procureur de la République de Marseille, qui s'est saisi de l'enquête pour «homicides et blessures involontaires», a déclaré vendredi soir que les 14 témoignages recueillis évoquent «très majoritairement» des barrières fermées. Il devrait se rendre dans l'après-midi, sur les lieux du drame, où «le bus a été enlevé». «La motrice est en cours d'enlèvement, la scène va être entièrement vidée de tous ses éléments», a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Collision entre un bus et à train en France

Un accident entre un train et un bus scolaire près de Perpignan a fait au moins quatre morts et une vingtaine de blessés.

Illuminations éteintes

Alan, Loïc, Ophélia, Yonas, Diogo, cinq élèves du collège de Millas, ont été tués dans la violente collision entre un train et un car de ramassage scolaire, jeudi peu après l'heure de sortie des classes. Dix-huit autres enfants, âgés de 11 à 17 ans, ont été blessés, dont neuf sont toujours en urgence absolue, selon le dernier bilan de la préfecture, inchangé samedi. «Dire que notre tristesse et notre douleur sont immenses est un euphémisme», écrit le maire de Saint-Féliu-d'Avall, d'où sont originaires les 23 enfants victimes de la catastrophe.

À Perpignan, la préfecture du département, le Castillet, monument emblématique de la ville, a été éteint vendredi soir et le sera à nouveau samedi soir, ainsi qu'une partie des illuminations du cœur de ville. L'émotion est immense à l'approche des fêtes de fin d'année. Une minute de silence est prévue à la mi-journée à Perpignan.

«Tout un village en deuil»

À Saint-Feliu, le village qui pleure «ses petitous», une veillée de prières aura lieu dimanche soir. Toutes les manifestations festives sont annulées, la fête des écoles, le goûter de Noël, le concert de Noël, les vœux du maire. Et les magasins ont décroché leurs décorations de Noël. «Nous sommes à la disposition des familles», ajoute le maire sur son site Internet: des moyens de transport, des taxis locaux sont proposés aux habitants.

Une cellule d'aide psychologique est en place à la mairie qui restera ouverte tous les jours. Elle est destinée aux familles mais aussi à toute la population. «C'est tout le village qui est en deuil», a déclaré une habitante Monica Choquel. «Même si je n'ai personne qui me touche personnellement, pour moi c'est l'horreur, c'est des enfants des enfants du village, et on les aime, ce qui est arrivé c'est un drame, quelque chose d'atroce». (afp)

Ton opinion