Corée du Nord: Le viol, monnaie courante dans l'armée
Actualisé

Corée du NordLe viol, monnaie courante dans l'armée

Une ancienne soldate a relaté ce qu'elle a vécu au sein de la quatrième plus grande armée du monde. Le viol fait partie de la vie de beaucoup de celles avec qui elle a servi.

Une soldate nord-coréenne.

Une soldate nord-coréenne.

Lee So Yeon a dormi pendant dix ans sur la couchette du dessous d'un lit superposé, dans une pièce qu'elle partageait avec plus d'une vingtaine de femmes. Chacune d'entre-elles avait une petite commode dans laquelle stocker les uniformes. Au-dessus, trônaient deux portraits encadrés. Celui de Kim Il-sung, le fondateur de la Corée du Nord et celui de son fils Kim Jong-Il. Cela fait dix ans que la jeune femme ne fait plus partie de l'armée, mais ses souvenirs sont encore bien présents, comme elle l'a raconté mardi sur le site de la BBC.

L'odeur de la caserne, du béton par exemple hantent encore ses journées, mais pas uniquement. «Nous transpirions beaucoup. L'uniforme n'était pas en coton et ce n'était pas agréable. Le lavage des vêtements était aussi problématique. En tant que femme la chose la plus difficile à vivre c'était que nous ne pouvions pas nous doucher correctement. Il n'y avait pas d'eau chaude. L'eau arrivait directement d'un ruisseau.»

So Yeon, fille d'un professeur universitaire est maintenant âgée de 41 ans. Elle vit actuellement en Corée du Sud, mais elle a grandi dans le nord du pays de la Corée du Nord. Dans les années 1990 quand la famine a dévasté le pays, plusieurs femmes se sont portées volontaires en pensant avoir un repas garanti chaque jour. «La période de famine a entraîné une période de vulnérabilité pour les femmes. Elles ont été nombreuses à y entrer et elles ont été soumises à de mauvais traitements, en particulier le harcèlement et la violence sexuelle». L'armée n'avait par exemple pas pris de dispositions pour les menstruations.

Pendant son temps passé dans l'armée, Lee Se Yeon n'avait pas d'autre choix que de réutiliser ses serviettes hygiéniques, qu'elle lavait tous les soirs. Le harcèlement sexuel est monnaie courante dans l'armée. Lee So Yeon a raconté ne pas avoir été violée entre 1992 et 2001, mais de nombreuses camarades l'ont été. «Le commandant de la compagnie restait dans sa chambre après les heures de présence et violait les femmes soldats sous son commandement». Les abus sexuels seraient pourtant des actes pris très au sérieux par l'armée avec une peine d'emprisonnement de sept ans pour un violeur.

Les femmes nord-coréennes doivent servir au moins sept ans dans l'armée et les hommes 10 ans soit le service militaires le plus long sur la planète. Environ 40% des femmes âgées de 18 à 25 ans portent l'uniforme. Un nombre qui devrait augmenter puisque le service militaire pour les femmes est devenu obligatoire depuis 2015 uniquement.

Lee So Yeon a servi comme sergent dans une unité près de la frontière sud-coréenne. Elle a quitté l'armée à 28 ans. Elle a décidé de fuir en Corée du Sud en 2008. Après avoir été capturée une première fois à la frontière avec la Chine et avoir passé une année dans un camp de prisonniers elle a réussi à traverser la rivière Tumen entre la Corée du Nord et la Chine, avant de réussir à fuir en Corée du Sud.

(20 minutes)

Ton opinion