Sembrancher (VS): Le violeur de prostituées écope de dix ans de prison
Actualisé

Sembrancher (VS)Le violeur de prostituées écope de dix ans de prison

Un Valaisan de 30 ans a été condamné mercredi à 10 ans de prison. Il devra se faire soigner.

par
Christian Humbert
Le pervers n'en est pas à ses premiers coups.

Le pervers n'en est pas à ses premiers coups.

photo: Kein Anbieter/chu

«P..., chienne, s..., petite soumise de m... Appelle-moi maître. Je vais te garder toute la nuit. Tu seras mon esclave, mon vide-couilles.» Roland* est allé encore plus loin en été 2014: «C'est moi qui commande: aboie». Et les trois prostituées qu'il a emmenées séparément en un mois dans un endroit perdu dans les montagnes valaisannes, se sont exécutées sous les menaces et les coups. Elles ont subi, des heures durant, tout ce qu'un pervers peut imaginer faire à une femme.

Violeur de prostituées en France

Ce Valaisan de 30 ans, divorcé avec un enfant, n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà été condamné pour des faits similaires en Suisse. Idem en France, alors qu'il était mineur. Il est d'ailleurs recherché dans ce pays pour avoir violé des prostituées. Les professionnelles du sexe tarifé sont ses victimes favorites. Il les contacte, propose de fortes sommes pour des relations de «soumission soft». Les femmes se déplacent de Genève et de France: il les attend à la gare, se montre charmant puis les conduit dans des endroits isolés. C'est là qu'elles découvrent son vrai visage. Il saisit leur téléphone, retire les batteries, et leur fait tout subir avec un plaisir non dissimulé. Il ramène ensuite ses victimes et s'en va comme si rien ne s'était passé.

Le prévenu, en détention depuis 19 mois, ne voit pas ce qu'on peut lui reprocher: «Ce sont des prostituées. Elles m'en veulent parce que je ne les ai pas payées». Il reconnaît tout de même avoir un comportement étonnant: «Je dois avoir un problème. Je devrais me faire soigner mais pas être shooté aux médicaments» a-t-il expliqué mercredi aux trois juges du tribunal de Sembrancher (VS).

L'avocate demande une indemnité pour l'accusé

Son avocate, Me Carine Mettraux, balaie toutes les accusations de viols avec cruauté, de séquestration, de contrainte... «Les prostituées ont conclu un contrat impliquant de la soumission. Elle se sont déplacées librement», a-t-elle plaidé en soutenant l'escroquerie puisqu'elles n'ont pas été rétribuées pour leurs prestations. «Il s'est agi de rapports consentis». La défense a demandé un maximum de 6 mois (pour infractions à la loi sur les stupéfiants et la circulation routière) et réclamé une indemnité pour la prison subie à tort par Roland, selon elle.

Huit ans de prison requis

La procureure Gwenaëlle Gattoni n'a pas la même vision du dossier: «C'est un touriste des crimes sexuels, sadique,un psychopathe manipulateur, dépourvu de remords, de regrets». Elle a requis huit ans de prison ferme et demandé un traitement en milieu fermé.

«Il continuait de les frapper et de les violer alors qu'elles pleuraient», a-t-elle insisté pour démontrer que les femmes n'étaient pas d'accord avec de telles pratiques.

*Prénom d'emprunt

Le Tribunal plus sévère que le Ministère public

Les juges se sont montrés plus sévères que la procureure au vu du risque élevé de récidive et du très lourd passé de violeur de l'individu: ils l'ont condamné à 10 ans de prison et ordonné un traitement thérapeutique en milieu fermé pendant et une fois sa peine purgée. La défense n'écarte pas un appel.

Ton opinion