Bâle/Lucerne: Le violeur s'était introduit dans une chambre d'hosto
Actualisé

Bâle/LucerneLe violeur s'était introduit dans une chambre d'hosto

Markus W.* a été condamné en 2013 à la prison à vie pour avoir violé 26 femmes. Malgré cela, il avait été hospitalisé en 2011 sans aucune mesure de sécurité spécifique.

par
vro/ofu
Durant son séjour à l'hôpital cantonal de Sursee (LU), le violeur pouvait déambuler librement dans les couloirs.

Durant son séjour à l'hôpital cantonal de Sursee (LU), le violeur pouvait déambuler librement dans les couloirs.

Il y a un peu moins de dix jours on apprenait que le Ministère public bâlois avait ouvert une nouvelle procédure contre Markus W*. Le violeur en série, condamné l'année passée à la perpétuité pour avoir violé 26 femmes, est soupçonné d'actes d'ordre sexuel sur une 27e victime.

Le Bâlois de 57 ans, qui a récidivé à de nombreuses reprises, est considéré comme très dangereux. Malgré cela, il a passé en 2011 un séjour à l'hôpital cantonal de Sursee (LU) sans aucune surveillance particulière, écrit jeudi la «Neue Luzerner Zeitung». Markus W.* avait en effet été hospitalisé pour des problèmes de dos alors qu'il purgeait sa peine en milieu ouvert dans une prison lucernoise depuis 2009. Pendant son séjour, le violeur s'était introduit dans la chambre d'un autre patient, écrit le journal qui rappelle que rien ne s'était passé. Le quotidien critique néanmoins qu'aucune mesure de sécurité n'a été prise pour surveiller Markus W.*, qui pouvait déambuler librement dans l'hôpital. Les employés de l'établissement savaient uniquement qu'il s'agissait d'un détenu.

Cet épisode aurait pu avoir de graves conséquences, car quelques temps plus tard le violeur avait abusé d'une femme à Loèche-les-Bains (VS) où il suivait un traitement pour ses problèmes de dos.

«Aucune mesure spéciale prévue»

Barbara Ludwig, directrice du service militaire, de protection civile et d'exécution des peines du canton de Lucerne, tente de dédramatiser la situation: «Aucune mesure spéciale n'est prévue pour des personnes qui doivent être hospitalisées et qui purgent leur peine en milieu ouvert.» Elle comprend néanmoins le choc qu'ont dû éprouver les employés de l'hôpital en apprenant de qui il s'agissait.

Markus W.*, originaire de l'Oberland bernois, est un habitué des tribunaux. Il a été condamné à trois reprises en plus du jugement de l'an dernier, la première fois à la fin des années 1970, pour des séries de délits sexuels. En 1999, il avait écopé de 7 ans de thérapie dans une institution fermée assortie d'un internement à vie. En 2009, il avait obtenu un allègement de sa peine et avait été placé en milieu ouvert à Lucerne. Depuis août 2011, il habitait un appartement à Bâle dans lequel qu'il avait pu emmenagé dans le cadre d'un second allègement de peine.

Ton opinion