Colmar (F): Le virus circulait dès novembre dans le Grand Est
Actualisé

Colmar (F)Le virus circulait dès novembre dans le Grand Est

Un premier cas de coronavirus a été identifié le 16 novembre, dans la région, grâce à une étude rétrospective. D'autres personnes ont probablement été atteintes sans le savoir.

Le virus circulait mi-novembre dans la région de Colmar.

Le virus circulait mi-novembre dans la région de Colmar.

AFP

L'épidémie de coronavirus a donc débuté bien plus tôt que l'on ne le pensait chez nos voisins du Grand Est. Une étude rétrospective effectuée par l'hôpital Albert Schweitzer de Colmar a identifié un premier cas de Covid-19, le 16 novembre, au sein du centre hospitalier. À cette époque, le monde était tout juste informé de l'apparition d'un «nouveau virus en Chine».

Pour le Dr Michel Schmitt, médecin chef du département d'imagerie médicale à Colmar, «quelques cas étaient donc déjà en circulation dans la région au début du mois de novembre». L'épidémie se serait ensuite propagée avant et pendant les fêtes de fin d'année, de manière invisible et à l'insu des autorités sanitaires.

«La contagion s’est accélérée au moment des événements de fin d’année: marchés de Noël, fêtes de famille, jusqu'à ce que l’épidémie explose après un rassemblement religieux à Mulhouse, la dernière semaine de février», précise le communiqué de l'hôpital.

Pic atteint le 31 mars

Cet événement constitue le foyer principal de l'épidémie dans la région voisine, voire dans toute la France d'après certains analystes.

D'après l'hôpital de Colmar, le pic a été atteint le 31 mars. L'épidémie connaît depuis une décroissance «qui fera l'objet d'une étude plus approfondie». Cette première analyse réalisée dans le Haut-Rhin devrait vraisemblablement être suivie de constats similaires. De nombreux patients auraient en effet contracté la maladie, sans le savoir.

«Plusieurs professionnels de santé ont fait le constat cet hiver d’accidents de santé atypiques chez des adultes ou des enfants, rapidement qualifiés de grippe: température et toux évoluant plus longuement que d’habitude (2 à 3 semaines), perte de la voix (aphonie), du goût ou de l’odorat, état inhabituel de fatigue persistant, perte de poids...», conclut l'hôpital.

Thomas Holzer/L'essentiel

Ton opinion

110 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Olivia

10.05.2020, 23:36

Et si ... le 5G avait un rapport... Vu les tests sur les souris, les dégâts sur le cerveau et les dégradations générales du corps ... on pourrait imaginer que nos défenses sont anéanties par la 5G... voilà pourquoi il est si difficile de guérir de cette maladie... Et tout a été mis en service...

Jean Claude

09.05.2020, 23:00

Et les JOJ.......... Des cas a la vallée de joux, aux diablerets...... Le canton de Vaud très touché, il serait bien de faire des recherches, comme en France, a moins que ça derange.....

Vivre

08.05.2020, 18:03

C’est fou comme les médias arrive autant à influencer la population toute cette histoire ça deviens une parano..