Actualisé 15.06.2020 à 13:32

Valais«Le virus n'a pas disparu! Il est encore présent dans toutes les régions»

Si le gouvernement valaisan pense pouvoir faire face aux répercussions du coronavirus sur l'économie, côté sanitaire, il appelle la population à rester vigilante.

En Valais, le premier patient atteint du Covid-19 a été diagnostiqué le 28 février.

En Valais, le premier patient atteint du Covid-19 a été diagnostiqué le 28 février.

Keystone/Martial Trezzini

Le Conseil d'Etat valaisan ne peut pas encore chiffrer les répercussions de la crise sur l'économie, mais le canton pourra y faire face. Côté sanitaire, il appelle la population à rester vigilante. «Le gouvernement a dû prendre de nombreuses décisions dans des laps de temps brefs. A-ton fait tout juste? Sûrement pas. Mais tout ce qui pouvait être préparé l'avait été», estime le président du Conseil d'Etat Christophe Darbellay dans le message sur la situation extraordinaire au Grand Conseil réuni cette semaine à Brigue.

Le Valais cinquième canton le plus touché

«Le virus n'a pas disparu! Il est encore présent dans toutes les régions du canton», lance la responsable du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten. Le Valais est resté en cinquième position (après Tessin, Genève, Vaud, Bâle-Ville) au niveau fédéral tout au long de la crise en terme du nombre de personnes infectées par tranche de 100'000. «C'est toujours le cas». Il faut rester attentifs aux foyers qui pourraient se créer et tester le plus possible afin que le secteur de la santé puisse faire face à une éventuelle seconde vague, note encore la conseillère d'Etat.

En Valais, le premier patient atteint du Covid-19 a été diagnostiqué le 28 février. Au plus fort de la crise, autour du 24 mars, quelque 100 personnes étaient infectées par jour. Actuellement, entre 7 et 8 sont diagnostiquées positives par semaine.

Des mesures à plus 38 millions de francs

Financièrement, les mesures extraordinaires qui incluent matériel, tests, coûts de prises en charge, hotline à laquelle ont recouru 33'000 personnes, ont coûté 7 millions de francs supplémentaires. Le déficit des hôpitaux, cliniques et EMS, qui ont dû mettre sur pause un certain nombre d'interventions, pourrait lui monter jusqu'à 100 millions. «Il faudra trouver des solutions pour répartir ces coûts entre les acteurs», détaille Esther Waeber-Kalbermatten.

En ce début de mois de juin, les coûts effectifs des mesures prises s'élèvent à 38,5 millions de francs sans compter la perte économique et les coûts supplémentaires des hôpitaux. Ils avaient été estimés à un total de 142 millions.

Le Grand Conseil devra toutefois attendre la session de novembre pour obtenir des chiffres clairs et précis, explique le chef des Finances Roberto Schmidt. Celui-ci s'est toutefois voulu rassurant lors de sa prise de parole soulignant que le Valais avait des finances solides et suffisamment de liquidités à disposition.

Encourager l'investissement

Par ailleurs, le Conseil d'Etat a aussi décidé d'éviter en 2021 un budget trop rigoureux et de miser plutôt sur une politique d'investissement et de relance. Le but étant «de redonner le goût d'avoir de l'audace à nos entrepreneurs», conclut Roberto Schmidt.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
191 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Maître Darwin version pour enf

16.06.2020 à 14:05

Dans mon livre "la théorie de Darwin" j'ai pas eu le temps de vous expliquer la dernière partie de l' évolution, bientôt les hommes auront des ailes comme des avions de l' ordre de grandeur d'un A380... les Hommes voulais tellement prendre les airs vous voilà servi

Mâle Hin

16.06.2020 à 07:02

L’économie aidée par certains statisticiens revendique l’amnésie virale, mais le monstre COVID-19 est toujours là qui nous guette, et les victimes peuvent risquer gros. Maintenez individuellement toutes les mesures, vous en réchapperez plus malins, n’en déplaise aux sangsues économiques du divertissement fessier

Nat Alie

15.06.2020 à 17:23

Quand je vois que je suis la seule à porter un masque à la Migros (en autre pour protéger les personnes à risque et plus âgées qui eux n e mettent pas...), j espère vraiment qu il n y aura pas 2e vague. Et si 2e vague il y a, les personnes âgées et à risque feraient bien de se protéger et mettre ses pu... de masques. On a assez gueulé quand y en avait pas et maintenant qu on peut en obtenir personne ne les met.... C est moi ou l humain est un peu con quand même?