Actualisé 15.03.2009 à 20:49

LausanneLe vote sur la taxe n'est pas enterré

La Ville est-elle trop tatillonne quand elle contrôle les signatures récoltées lors d'initiatives?

de
Joël Burri

Une délégation du comité d'initiative contre la taxe sur les divertissements a trouvé deux signatures invalidées alors qu'elles n'auraient pas dû l'être, dévoile La Nouvelle Revue, le périodique des radicaux vaudois.

L'initiative avait été déposée avec plus de 12 000 signatures, mais seules 8158 avaient été validées par la Ville, soit huit de moins que le minimum requis pour être soumis au vote. Les initiants ont été invités par la Municipalité à vérifier la qualité du travail de l'administration communale. Ils ont pu contrôler environ 1000 des 12 000 signatures déposées.

«Notre recours est entre les mains de la préfète. Elle a pleine latitude pour ordonner que toutes les signatures soient recomptées ou que juste les signatures invalidées soit contrôlées», explique Gilles Meystre, coprésident du Comité d'initiative. Le radical dénonce un certain nombre de cas qu'il juge problématiques: «Si une date de naissance est incomplète, les employés communaux ont validé la signature, alors que si un seul chiffre est faux, ils l'invalident. Il y a pourtant plus d'informations correctes dans le second cas!», s'étonne-t-il.

Si comme il l'espère l'administration est jugée trop tatillonne sur ce point, c'est 81 signatures qui seraient validées! Il souhaite susciter un débat sur ces règles fixées par une directive cantonale. Au niveau communal, il a proposé une plus grande information sur les différences entre pétition et initiative.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!