Dérives d'Internet: Le web est-il devenu un monstre hors de contrôle?
Actualisé

Dérives d'InternetLe web est-il devenu un monstre hors de contrôle?

Trente ans après l'avoir lancée, Tim Berners-Lee veut sauver son invention, menacée selon lui par les dérives, comme les fausses informations et les trolls.

Tim Berners-Lee.

Tim Berners-Lee.

DR

Le World Wide Web fête ses 30 ans mais les fake news et les réseaux sociaux retardent son entrée dans la maturité, poussant son inventeur, Tim Berners-Lee, à lancer une campagne pour le sauver. Ce physicien britannique avait imaginé en 1989 un «système de gestion décentralisée de l'information», alors qu'il travaillait au Centre de calculs du Cern (organisation européenne de recherche nucléaire), près de Genève. «Tim travaillait énormément», raconte François Flückiger, qui a repris la direction technique du Web au Cern après le départ de Berners-Lee au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1994.

Tim Berners-Lee cherchait à permettre aux scientifiques de partager à distance leurs recherches. «Dès le départ, la dimension planétaire était présente. Très tôt, on a eu la sensation que l'histoire s'écrivait», même si son supérieur a qualifié son premier mémo sur le Web de «vague», raconte François Flückiger. En 1990, le Belge Robert Cailliau rejoint Tim Berners-Lee pour contribuer à la promotion de son invention qui repose sur le langage HTML, le protocole d'échange hypertexte HTTP, et les adresses URL. Fin 1990, Tim Berners-Lee rend opérationnel le premier serveur et navigateur Web au Cern.

«Le Web a été détourné par des escrocs et des trolls»

Du mouvement #MeToo à la dénonciation des violations des droits humains, ce réseau a permis à une «énorme quantité d'activités humaines de prospérer», assure Ian Milligan, professeur spécialisé dans l'étude des archives du Web à l'université de Waterloo, au Canada. Aujourd'hui à la retraite, François Flückiger considère la Toile comme l'une des trois inventions majeures du XXe siècle. Mais avec «le harcèlement numérique, les fake news, l'hystérisation des foules, on se demande si on n'a pas finalement créé un monstre aujourd'hui hors de tout contrôle», déplore-t-il, observant avec amertume l'étalage de la vie privée sur les réseaux sociaux et la prédominance des «croyances» face aux «connaissances».

Tim Berners-Lee, lui-même engagé dans ce combat pour «sauver le Web», réclame le lancement d'un «Contrat pour le Web», basé sur un accès pour tous et le droit fondamental au respect de la vie privée. Darkweb, cybercriminalité, fake-news, vols de données personnelles sur les réseaux sociaux... Dans une tribune publiée le 6 décembre dans le «New York Times», il constatait: «Le Web a été détourné par des escrocs et des trolls». Le Web fait désormais partie de la vie quotidienne. Mais, en 1989, personne ne s'attendait à sa naissance. (20 minutes/afp)

Ton opinion