Saint-Moritz: Le whisky à 10'000 fr. est définitivement un faux
Actualisé

Saint-MoritzLe whisky à 10'000 fr. est définitivement un faux

Le Macallan, pour lequel un touriste a déboursé une grosse somme d'argent en juillet dernier à Saint-Moritz (GR), n'est pas un vrai, révèlent des analyses de laboratoire.

par
S. Spaeth/ofu
1 / 13
Le gérant de l'hôtel Waldhaus, Sandro Bernasconi (à gauche), s'est récemment rendu en Chine pour avouer à son client que le whisky est bel et bien un faux. C'est ce que prouvent des tests réalisés par un laboratoire écossais.

Le gérant de l'hôtel Waldhaus, Sandro Bernasconi (à gauche), s'est récemment rendu en Chine pour avouer à son client que le whisky est bel et bien un faux. C'est ce que prouvent des tests réalisés par un laboratoire écossais.

DR
Le whisky Macallan 1878 était estimée à 50'000 francs la bouteille. Elle pourrait en réalité être une fausse.

Le whisky Macallan 1878 était estimée à 50'000 francs la bouteille. Elle pourrait en réalité être une fausse.

Le touriste chinois au centre avec le propriétaire de l'hôtel Sandro Bernasconi (à droite). Le collectionneur venu d'Asie a déboursé 9999 francs pour ce verre.

Le touriste chinois au centre avec le propriétaire de l'hôtel Sandro Bernasconi (à droite). Le collectionneur venu d'Asie a déboursé 9999 francs pour ce verre.

9999 fr.: c'est la somme qu'un Chinois a dépensé cet été à Saint-Moritz (GR) pour deux centilitres de whisky Macallan de 1878. L'information avait été confirmée à l'époque par l'hôtel Waldhaus. Celui-ci avait notamment indiqué que le touriste était venu au bar de l'établissement, inscrit dans le Guinness Book des records pour sa collection sans équivalent de whiskies. Or, rapidement, des doutes quant à l'authenticité du breuvage avaient commencé à se faire entendre.

Comme le révèlent nos collègues de «20 Minuten», des analyses confirment désormais qu'il s'agit bien d'un faux. Sandro Bernasconi, gérant de l'hôtel Waldhause, s'est récemment rendu en personne à Pékin pour annoncer les résultats à son client Wei Zhang.

«Les Suisses sont des gens honnêtes»

«En Chine, assumer ses erreurs fait partie de la coutume», explique jeudi le gérant à nos confrères alémaniques. Sandro Bernasconi n'a donc pas hésité à entamer ce long voyage pour s'excuser et rembourser le touriste. «Je voulais montrer que les Suisses sont des gens honnêtes et non des arnaqueurs.»

Lors de leur rencontre, Wei Zhang, un auteur online à succès, a assuré qu'il n'était pas fâché et qu'il appréciait l'honnêteté de l'hôtelier. Il a par ailleurs expliqué qu'il avait, malgré tout, apprécié sa dégustation de whisky à Saint-Moritz.

Entre 1970 et 1972

C'est un laboratoire écossais qui s'est chargé d'analyser la bouteille de Macallan. «Il s'agit d'une falsification moderne», écrivent les experts du Rare Whisky 101. Les différents tests réalisés, notamment les datations au carbone 14, montrent que le breuvage date des années 1970 à 1972 et cela à une probabilité de 95%.

La fameuse bouteille de Macallan avait été achetée il y a 25 ans par le père de Sandro Bernasconi et précédent propriétaire de l'hôtel. La somme déboursée à l'époque comptait déjà 5 chiffres. le breuvage avait alors été ajouté à la carte du bar. Personne n'avait émis de soupçon depuis. Sandro Bernasconi a, d'ores et déjà, pris contact avec un avocat afin de se renseigner s'il peut porter plainte contre le vendeur et d'évaluer ses chances de se faire rembourser.

Ton opinion