Saint-Moritz: Le whisky à 10'000 francs pourrait être un faux
Actualisé

Saint-MoritzLe whisky à 10'000 francs pourrait être un faux

Le whisky hors de prix vendu à un touriste chinois avait fait grand bruit la semaine dernière. Un expert affirme que la bouteille est une fausse.

par
kwo/sas/rmf
1 / 13
Le gérant de l'hôtel Waldhaus, Sandro Bernasconi (à gauche), s'est récemment rendu en Chine pour avouer à son client que le whisky est bel et bien un faux. C'est ce que prouvent des tests réalisés par un laboratoire écossais.

Le gérant de l'hôtel Waldhaus, Sandro Bernasconi (à gauche), s'est récemment rendu en Chine pour avouer à son client que le whisky est bel et bien un faux. C'est ce que prouvent des tests réalisés par un laboratoire écossais.

DR
Le whisky Macallan 1878 était estimée à 50'000 francs la bouteille. Elle pourrait en réalité être une fausse.

Le whisky Macallan 1878 était estimée à 50'000 francs la bouteille. Elle pourrait en réalité être une fausse.

Le touriste chinois au centre avec le propriétaire de l'hôtel Sandro Bernasconi (à droite). Le collectionneur venu d'Asie a déboursé 9999 francs pour ce verre.

Le touriste chinois au centre avec le propriétaire de l'hôtel Sandro Bernasconi (à droite). Le collectionneur venu d'Asie a déboursé 9999 francs pour ce verre.

Les deux centilitres de whisky Macallan, vendus à un touriste chinois pour 10'000 francs dans un hôtel de Saint-Moritz, avaient fait grand bruit la semaine dernière, en Suisse et dans le monde entier.

Peut-être un faux ?

Mais des amateurs du breuvage estiment désormais que la bouteille si fortement estimée pourrait en fait être une fausse. Comme le rapporte le site spécialisé whiskyexpertes.net, l'expert renommé Serge Valentin aurait émis des doutes quant à l'authenticité du whisky de collection.

En 2004 déjà, un article annonçait que la distillerie Macallan avait découvert qu'en tout cas une dizaine de ses bouteilles antiques étaient fausses, le liquide à l'intérieur étant au moins 10 ans plus jeune que ne l'affirmait l'étiquette. Celle possédée par le propriétaire de l'hôtel, Sandro Bernasconi, pourrait faire partie de ce lot.

Par ailleurs, historiquement, le whisky en question n'est pas censé avoir existé. En effet, il date théoriquement de 1878 et est le fruit d'une collaboration entre les distilleries Macallan et Talisker, qui pourtant, à l'époque, n'étaient pas détenues par le même propriétaire.

Achetée il y a 25 ans

A l'hôtel Waldhaus am See, le gérant ne se dit ni choqué ni bouleversé par la nouvelle. Sandro Bernasconi a tenté de contacter les experts, mais sans succès pour l'instant. Il a par ailleurs réagi dans un communiqué, expliquant que la bouteille avait été achetée il y a 25 ans par son père et précédent propriétaire de l'hôtel. La somme déboursée alors comptait déjà 5 chiffres. Elle avait alors été ajoutée à la carte du bar. Personne n'avait émis de soupçon depuis.

Tests en cours

Toutefois, maintenant que le doute est jeté, l'hôtel prendra des mesures pour faire confirmer l'origine de ce whisky. «Nous avons des contacts avec un des testeurs les plus renommés d'Ecosse», explique Sandro Bernasconi. Mais les temps d'attente sont souvent très longs.

L'acheteur des deux centilitres a également été prévenu, et n'est pas fâché contre l'hôtel. Si son breuvage se révèle être un faux, il sera remboursé, et une action en justice sera intentée contre le vendeur de la bouteille.

Ton opinion