Salle de cinéma: Le Zinéma a 10 ans et rêve de grandir

Actualisé

Salle de cinémaLe Zinéma a 10 ans et rêve de grandir

A l'heure où les salles indépendantes tirent la langue quand elles ne ferment pas purement et simplement, la santé du Zinéma fait plaisir à voir.

par
ffe
Laurent Toplitsch, fondateur du Zinéma.  Photo: Gerald Bosshard/Edipresse

Laurent Toplitsch, fondateur du Zinéma. Photo: Gerald Bosshard/Edipresse

Créé par un Laurent Toplisch qui s'ingénie depuis lors à concocter une programmation joyeusement alternative et hétéroclite (à laquelle la mention «Art et essai» ne rend pas entièrement justice), le premier «miniplex» de Lausanne a vu le jour le 1er juin 2001, quand ferma le Bourg. La date n'était pas fortuite, Toplisch s'étant toujours posé en ardent adversaire du monopole de Métrociné/Europlex/Pathé sur le paysage cinématographique lausannois.

Pléthore d'activités

Depuis, le Zinéma, avec sa dizaine de projections quotidiennes, ses open-airs, sa centaine de réalisateurs invités, fait mieux que résister à la concurrence. Constatant que l'exploitation des deux salles arrive à saturation, Toplisch envisage d'ouvrir une troisième salle, plus grande (une cinquantaine de places). Reste à savoir si la Municipalité lui accordera le soutien qu'il en attend. Un cadeau d'anniversaire, peut-être...

Le Zinéma en quelques chiffres

18 places dans une salle, 23 dans l’autre.

459 longs-métrages projetés du 1er juin 2001 au 31 décembre 2010, pour un total de 58 610 spectateurs.

1 883: le record de spectateurs au Zinéma pour «I’m a cyborg» de Park Chan-Wook.

7: le nombre de spectateurs, tant pour «Otesanek» de Jan Svankmajer que pour «The sound of Insect» de Peter Liechti.

40 000.-. Tel est le montant de la subvention annuelle approximative (loyer) attribuée par les Affaires culturelles de la Ville de Lausanne

70 projectionnistes , principalement des étudiants, formé par le Zinéma en 10 ans.

A l’occasion des 10 ans du Zinéma le 1er juin 2011

A 20h, projection de «La saveur de la pastèque», de Tsai Ming-Liang, puis d’un film-surprise inédit en Suisse

Ton opinion