Euro 2020 - L’Ecosse frustre l’Angleterre à Wembley
Publié

Euro 2020L’Ecosse frustre l’Angleterre à Wembley

Dominateurs, les Three Lions ont été contraints au nul par leur voisin anglais (0-0), qui leur a opposé un bloc bas hermétique.

Tyrone Mings (à droite) et ses partenaires anglais n’ont pas réussi à se défaire de l’Ecosse de Che Adams (à gauche).

Tyrone Mings (à droite) et ses partenaires anglais n’ont pas réussi à se défaire de l’Ecosse de Che Adams (à gauche).

AFP

Un Angleterre-Écosse «so british», jusque dans la météo: sous la pluie, les Three Lions anglais ont été muselés (0-0) sans mal par leurs voisins écossais au terme d'un duel âpre à Wembley.

L'Angleterre de Gareth Southgate n'est pas parvenue à imiter l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas, autres favoris qui avaient validé mercredi et jeudi leur billet pour les huitièmes de finale dès leur deuxième match.

Le programme du groupe D.

Harry Kane et ses coéquipiers vont devoir attendre leur troisième et dernier match de poule, mardi contre la République tchèque, pour décrocher leur qualification. Plus inquiétant, ils sont passés à côté de leur match et ont livré une prestation très décevante pour un prétendant au titre, renvoyés à leurs carences dans l'animation offensive et qui n’ont, cette fois, pas été sauvés par des individualités.

Ce 115e épisode de la rivalité la plus ancienne du football, 149 ans après avoir joué à Glasgow, le 30 novembre 1872, le premier match international de l'histoire ne restera pas dans les mémoires. En tous cas, pas pour les supporters anglais, qui ne sont pas prêts d'oublier le précédent affrontement entre les deux rivaux dans un Euro, en 1996, remporté 2-1 et illuminé par le but et les célébrations de Paul Gascoigne.

Leur équipe, victorieuse de la Croatie (1-0) dimanche dernier, a certes dominé les débats, mais elle a montré d'inquiétants signes de fébrilité et d'usure physique, et aurait pu très bien s'incliner.

Gareth Southgate, qui n'avait modifié que sa paire de latéraux par rapport au premier match - Luke Shaw et Reece James remplaçant Kieran Trippier et Kyle Walker afin de bénéficier d'une plus grande maîtrise technique - devra rapidement trouver une solution sous peine de voir la frustration populaire croître.

Son équipe n'a jamais trouvé la solution face au solide et dynamique 3-5-2 fétiche de son voisin du nord qui a fait mieux que se défendre.

Kane méconnaissable

C'est pourtant l'Angleterre qui s'est créé la première – et plus belle- occasion de but lorsque John Stones a repris un corner de la tête (12e), mais le ballon s'est fracassé sur le montant gauche de David Marshall, battu.

Mais l'Ecosse a muselé sans mal les attaques anglaises trop stéréotypées et en procédant par contres, a failli réduire Wembley au silence. Il a fallu un arrêt réflexe de Jordan Pickford pour détourner une reprise de volée de Stephen O'Donnell (29e) ou encore que le défenseur Reece James sauve sur sa ligne en seconde période.

En panne d'inspiration, à l'image de leur capitaine Kane, épuisé et remplacé par Marcus Rashford (74e), les Anglais ont même laissé l'initiative aux Ecossais dans leur dernier quart d'heure, ce qui leur a valu de regagner les vestiaires sous les sifflets de leurs supporters au coup de sifflet final.

Tout reste possible dans ce groupe D, avec l'Angleterre et la République tchèque à quatre points, tandis que la Croatie, vice-championne du monde 2018, est troisième avec un point, obtenu un peu plus tôt ce vendredi face aux Tchèques (1-1).

Le classement du groupe D.

(AFP)

Ton opinion

25 commentaires