Suisse: «L’effet refroidissant incite à inhaler plus profondément»
Publié

Suisse«L’effet refroidissant incite à inhaler plus profondément»

Un conseiller national valaisan souhaite interdire le tabac aromatisé en Suisse afin de «protéger les enfants et les adolescents». Il a déposé une motion en ce sens mardi.

par
mim/bz/ofu
KEYSTONE

Benjamin Roduit, conseiller national (PDC/VS) et ancien recteur du lycée-collège des Creusets à Sion (VS), déclare la guerre aux cigarettes aromatisées. Il vient de déposer une motion demandant au Conseil fédéral d’interdire en Suisse tout tabac contenant un arôme ainsi que «les additifs pour les produits du tabac et les cigarettes électroniques qui augmentent le potentiel de dépendance ou la toxicité». Concrètement, l’interdiction concernerait notamment les cigarettes à la menthe, les cigarettes «click» tout comme les tabacs à narguilé aromatisés. Son but: «Protéger les enfants ainsi que les adolescents.»

«Les fabricants de produits du tabac ajoutent délibérément des substances à leurs articles. Celles-ci permettent de tolérer plus facilement la fumée du tabac et augmentent l'effet de dépendance», affirme Benjamin Roduit. Et d’ajouter: «En raison de l'arôme qui ‘anesthésie’ la gorge et rend la fumée plus douce, le fumeur remarque beaucoup moins les dommages qu'il cause à son corps. L'effet refroidissant par exemple du menthol fait que le fumeur de cigarettes mentholées a tendance à inhaler plus profondément.» Il rappelle que les cigarettes au menthol et les autres produits du tabac à fumer contenant un arôme caractérisant sont interdits depuis le 20 mai 2020 dans les Etats de l'UE, ainsi qu'en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord.

«On pourrait mettre la clé sous la porte»

Selon le Valaisan, ces produits s’opposent à la lutte contre le tabagisme. «La Suisse investit énormément d’argent dans la prévention contre le tabagisme, mais autorise en même temps des additifs qui encouragent le tabagisme.»

Reste que sa motion n’est pas vue d’un bon oeil par les patrons de bars à chicha. «Une interdiction nuirait à la gastronomie. On pourrait mettre la clé sous la porte», estime ainsi Adem Corca, directeur de la Binzgarten Shisha-Lounge de Zurich. Selon lui, une interdiction mettrait beaucoup de monde au chômage. «Fumer de la chicha n’est pas une addiction, mais quelque chose de culturel qui lie les gens.»

Les dangers de la chicha

Tox Info Suisse met en garde contre la consommation de tabac à narguilé: «Fumer la chicha pendant 45 à 60 minutes revient à fumer environ 100 cigarettes.» Mais malgré cela, Aris Exadaktylos, médecin-chef et directeur du centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile à Berne, ne veut pas condamner la chicha. Il appelle au bon sens des consommateurs: limiter la consommation, ne pas combiner la consommation de chicha avec de l’alcool et/ou des drogues, ne pas rester trop longtemps dans une pièce enfumée.

Ton opinion

58 commentaires