Actualisé 27.08.2011 à 07:15

ChineLégaliser la détention secrète

La Chine envisage une modification du code pénal qui permettrait de détenir quelqu'un en résidence surveillée dans un endroit tenu secret.

Une telle loi, estiment les organisations de défense des droits de l'homme, reviendrait à légaliser les «disparitions» d'opposants au régime.

Le texte proposé autoriserait la police, avec l'aval d'un procureur, à utiliser cette forme de détention dans les affaires concernant la sécurité nationale, le terrorisme et les affaires importantes de corruption, si la résidence surveillée au domicile risquait de nuire à l'enquête.

Les proches ne seraient pas informés de l'endroit de détention si cela devait gêner l'enquête.

Pour couvrir des disparitions d'opposants

«Si cette proposition est adoptée, cela reviendra à légaliser les disparitions qui sont devenues de plus en plus fréquentes ces derniers temps», a déclaré Joshua Rosenzweig, un responsable de l'association Dui Hua, dont le siège est à Hong Kong.

Des dizaines d'avocats et de dissidents ont été arrêtés ou ont «disparu» ces derniers mois en Chine, dont l'artiste Ai Weiwei, dans une campagne de répression de la dissidence lancée après des appels sur l'internet à des manifestations comme celles qui secouent le monde arabe.

Ai Weiwei avait été libéré en juin après avoir passé trois mois au secret.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!