20.03.2019 à 13:48

Canton d'Argovie

Leibstadt peut augmenter sa puissance de 2%

L'autorisation d'augmentation accordée à la centrale nucléaire de Leibstadt a été donnée jusqu'à la révision annuelle en juin 2019.

1 / 34
L'une des plus veilles centrales nucléaires au monde est désormais hors service depuis ce vendredi à 12h30. (Mühleberg, 20 décembre 2019)

L'une des plus veilles centrales nucléaires au monde est désormais hors service depuis ce vendredi à 12h30. (Mühleberg, 20 décembre 2019)

Keystone
La centrale nucléaire de Mühleberg va fermer ses portes le 20 décembre 2019. Soit dans un mois jour pour jour. (Mercredi 20 novembre 2019)

La centrale nucléaire de Mühleberg va fermer ses portes le 20 décembre 2019. Soit dans un mois jour pour jour. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone
Un ancien employé de la centrale nucléaire de Leibstadt, qui a un cancer, a fait appel à la Suva pour être couvert. Mais la Suva a refusé d'entrer en matière, estimant que ce n'était pas lié à ses anciennes fonctions. La justice devra trancher. (Jeudi 28 mars 2019)

Un ancien employé de la centrale nucléaire de Leibstadt, qui a un cancer, a fait appel à la Suva pour être couvert. Mais la Suva a refusé d'entrer en matière, estimant que ce n'était pas lié à ses anciennes fonctions. La justice devra trancher. (Jeudi 28 mars 2019)

Keystone

La centrale nucléaire de Leibstadt (AG) est autorisée à produire davantage d'électricité. L'exploitant peut augmenter sa puissance maximale de 0,15 mégawatt (2%), jusqu'à la révision annuelle en juin 2019. On ignore quand elle pourra à nouveau tourner à plein régime.

Des dépôts sur les gaines de certains assemblages combustibles dans le coeur du réacteur avaient été découverts en 2016, lors d'une révision planifiée. La centrale avait alors dû être déconnectée du réseau pendant sept mois, avant de pouvoir reprendre la production d'électricité de manière restreinte en février 2017.

«La limitation de la puissance et la limitation simultanée du débit du coeur, soit la quantité d'eau traversant le coeur par unité de temps, ont produit l'effet escompté», a communiqué mercredi l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). «Les problèmes rencontrés sur les gaines des barres combustibles n'ont plus été constatés.»

Moins problématique que supposé

En outre, des recherches approfondies sur les barres combustibles menées à l'Institut Paul Scherrer ont confirmé qu'il ne s'agit pas d'un assèchement local, comme on l'avait supposé à l'origine, mais de dépôts beaucoup moins problématiques. Ceux-ci ne compromettent pas directement la fonction protectrice des gaines.

La centrale procédera de nouveau à une inspection complète des assemblages combustibles dans le cadre de la révision de juin. L'IFSN estime que cette mesure est nécessaire et vise la sécurité. «Ce n'est que lorsque l'exploitant pourra prouver que de tels dépôts ne se produisent plus à pleine puissance que l'IFSN sera en mesure d'octroyer le permis correspondant.» (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!