Pakistan: L’électricité de retour dans les villes après une panne géante

Publié

PakistanL’électricité de retour dans les villes après une panne géante

Le courant électrique était de retour mardi dans la plupart des villes du Pakistan, un jour après une gigantesque panne survenue dans une grande partie du pays de 220 millions d’habitants.

Des commerçants à Muzaffarabad le 23 janvier 2023.

Des commerçants à Muzaffarabad le 23 janvier 2023.

AFP

L’électricité est en grande partie revenue dans les mégapoles de Karachi et Lahore durant la nuit, mais de brèves baisses de tension se poursuivaient au niveau local. La capitale Islamabad et d’autres villes dont Rawalpindi, Quetta, Peshawar et Gujranwala ont rapporté que leur alimentation était de retour. Quelques zones rurales du Pakistan attendaient cependant d’être de nouveau approvisionnées en énergie.

La coupure a débuté lundi autour de 07 h 30 locales (03 h 30 en Suisse). La défaillance est liée à une mesure de réduction des coûts prise dans un contexte de crise économique. Les services de téléphonie mobile ont également été perturbés du fait de la panne, a tweeté l’Autorité pakistanaise des télécommunications.

Le ministre de l’Énergie Khurram Dastgir Khan a déclaré lundi soir que le courant était progressivement rétabli. Selon lui, la panne a été causée par une variation de la fréquence électrique sur le réseau national, au redémarrage lundi matin des unités de production électrique temporairement éteintes la nuit en hiver pour économiser du carburant.

Le système électrique du pays est un réseau complexe et fragile où les dysfonctionnements peuvent rapidement se multiplier, et les coupures de courant sont un problème récurrent au Pakistan. La plupart des hôpitaux, industries et institutions gouvernementales sont équipés de générateurs. Mais les ménages et petits commerces n’ont souvent pas les moyens de s’offrir un tel équipement.

Dans le nord du Pakistan, les températures devaient tomber lundi soir en dessous de 0 °C. Le chauffage au gaz est le plus répandu, mais n’est pas non plus toujours fiable, les délestages étant fréquents en raison d’une pénurie de gaz.

«Assis là, à ne rien faire»

L’économie pakistanaise est déjà chancelante avec une inflation galopante, une devise nationale – la roupie – en chute libre et des réserves de change au plus bas. Une telle coupure d’électricité ne fait qu’accroître la pression sur les petits commerces.

À Rawalpindi, ville voisine d’Islamabad, Muhammad Iftikhar Sheikh, un vendeur d’électroménager de 71 ans, a déploré ne pas pouvoir tester ses appareils devant les clients. «Les clients n’achètent jamais sans essayer d’abord», pestait-il. «On est tous assis là, à ne rien faire».

Dans les écoles, les cours ont souvent eu lieu dans la pénombre, pour celles ne disposant pas d’éclairage sur batterie.

À Karachi (sud), où les températures étaient plus élevées, un commerçant a indiqué à l’AFP craindre que son stock entier de produits laitiers ne soit perdu faute de réfrigération. Et Khurrum Khan, un imprimeur de 39 ans, voyait les commandes s’empiler, sans pouvoir y répondre. Les problèmes d’électricité sont «une malédiction permanente dont nos gouvernements n’ont pas réussi à se débarrasser», regrettait-il.

Une panne similaire en janvier 2021 avait plongé l’essentiel du pays dans le noir, après un dysfonctionnement technique dans le sud et le déclenchement d’une réaction en chaîne.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires