Canton de Vaud: Léman 2030 au secours de la ligne Lausanne-Genève
Actualisé

Canton de VaudLéman 2030 au secours de la ligne Lausanne-Genève

La nouvelle voie ferroviaire à Founex permettra aux trains marchandises de s'arrêter pour être dépassés par des trains voyageurs plus rapides.

Le nouveau chantier Léman 2030 s'est ouvert fin avril 2017.

Le nouveau chantier Léman 2030 s'est ouvert fin avril 2017.

Keystone

Les CFF entament la construction d'une nouvelle voie ferroviaire à Founex (VD). Elle servira à maintenir les capacités du transport de marchandises tout en augmentant celles du trafic voyageurs sur la ligne Lausanne-Genève.

Ce nouveau chantier Léman 2030 s'est ouvert fin avril 2017, ont indiqué les CFF, l'Office fédéral des transports, les cantons de Vaud et Genève mardi dans un communiqué commun. L'infrastructure permettra aux trains marchandises de s'arrêter pour être dépassés par des trains voyageurs plus rapides.

Le projet permettra d'augmenter la capacité pour les clients et d'assurer le passage d'environ deux trains marchandises par heure en journée. Le chantier se terminera fin 2019. Ses coûts, estimés à 73 millions de francs, sont financés par l'étape d'aménagement ferroviaire 2025 approuvée en 2014 lors de la votation fédérale FAIF. Il s'agit du premier projet que les CFF réalisent dans ce cadre.

30 trains par jour

Réunis mardi à la gare de triage de Denges, les partenaires de Léman 2030, dont les CFF, l'OFT, la conseillère d'Etat vaudoise en charge des infrastructures Nuria Gorrite et son homologue genevois Luc Barthassat, ont souligné l'importance du transport ferroviaire de fret dans le bassin lémanique.

Le trafic marchandises s'est en effet continuellement accru au cours des dernières années dans la région. En 2016, plus de 30 trains ont transporté chaque jour environ 7'000 tonnes de marchandises sur la ligne Lausanne-Genève, soit une croissance d'environ 14% depuis 2011.

Désengorger les routes

Vaud et Genève ont également souligné l'importance de la mise en place de systèmes logistiques performants entre leurs deux cantons, en misant sur le développement parallèle du rail et de la route pour désengorger les axes de transports. En moyenne, un seul train de marchandises permet d'éviter la circulation d'une quarantaine de camions, relève le communiqué.

Pour soutenir la priorité accordée au transport par rail dans la Métropole lémanique, le Conseil d'Etat vaudois a acheté pour les CFF une parcelle de 55'000 m2 à proximité des voies ferroviaires et de la future route RC 177 à Vufflens-Aclens. Cette surface stratégique sera préservée afin que les CFF puissent y développer un nouveau projet, dans un esprit de complémentarité entre le rail et la route pour le fret.

Plusieurs scénarios à Genève

De son côté, le canton de Genève a institué en juin 2015 le Conseil du transport privé professionnel de marchandises, organe officiel qui réfléchit à l'optimisation du transport de marchandises à Genève.

Dans ce cadre, plusieurs scénarios sont en cours d'examen pour développer une plate-forme d'échange rail/route situé dans la zone industrielle de Meyrin-Satigny sur la ligne Genève-La Plaine. L'objectif: diminuer de 30'000 tonnes les émissions de CO2 du trafic de marchandises, tout en réaffirmant la centralité du transport routier de marchandises pour les livraisons de proximité.

3,8 milliards

Le programme Léman 2030 prévoit le doublement de la capacité de la ligne Lausanne-Genève ainsi que le passage à la cadence au quart d'heure des trains du RER Vaud et du Léman Express. Il prend aussi en compte les besoins du trafic marchandises. Dans l'ensemble, les investissements se montent à quelque 3,8 milliards de francs. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion