Stockage d’énergie - L’énergie s’accumule ici

Publié

Stockage d’énergieL’énergie s’accumule ici

La société Energy Vault a mis au point une méthode ingénieuse pour stocker l’électricité: une tour. Cela permet de collecter l’électricité excédentaire des installations éoliennes et solaires, et ainsi de se rapprocher des solutions de stockage d’électricité du futur.

par
Jan Graber
Les grues de l’Energy Vault empilent des blocs de 35 tonnes pour stocker l’électricité. La première unité de démonstration se trouve au Tessin.

Les grues de l’Energy Vault empilent des blocs de 35 tonnes pour stocker l’électricité. La première unité de démonstration se trouve au Tessin.

Energy Vault

Certaines technologies sont si simples et ingénieuses qu’on se demande pourquoi elles n’ont pas été développées bien plus tôt. Il en va ainsi de l’invention de la société américano-suisse Energy Vault. L’idée est impressionnante: l’énergie est utilisée pour empiler des poids très lourds les uns sur les autres. Lorsqu’on a besoin d’électricité, ces derniers sont à nouveau ramenés au sol.

À la base de ce principe, la physique élémentaire: soulever un poids nécessite de l’énergie, l’abaisser en libère. Il en va de même avec l’énergie hydroélectrique, puisque la force de l’eau qui tombe d’une rivière ou d’un réservoir est convertie en électricité grâce à des turbines.

Un stockage idéal pour les centrales éoliennes et solaires

Dans ce coffre-fort énergétique, trois grues doubles font le travail: elles soulèvent des blocs de 35 tonnes et les empilent pour en faire une tour, qui culmine au maximum à 200 mètres. Plus la structure est haute, plus elle stocke d’énergie. «Pour que cette manière de stocker de l’énergie soit intéressante, elle doit atteindre une hauteur d’au moins 20 étages», explique Robert Piconi, directeur et cofondateur d’Energy Vault.

Le stockage et la flexibilité de la mise à disposition de l’électricité constituent l’épine dorsale de l’électricité produite à partir de centrales éoliennes et solaires. Les coûts de stockage de l’énergie sont toutefois pour l’heure très élevés, souligne Robert Piconi. C’est pourquoi il s’agissait de trouver des solutions aussi rentables que possible et pouvant être réalisées rapidement. Celle d’Energy Vault réside donc dans le stockage grâce à la gravité.

Stockage infini

Les grues sont exclusivement contrôlées par l’intelligence artificielle, bien qu’une intervention manuelle soit possible pour des raisons de sécurité. En fonction de leur conception, les tours – modulaires – peuvent stocker 20, 50 ou 80 mégawattheures (MWh) d’énergie. Ce système peut donc facilement être étendu.

Une deuxième génération (lire encadré) est déjà prête, affirme Robert Piconi. En théorie, l’énergie peut être stockée indéfiniment. Dans la pratique, cependant, la durée de vie de cette technologie est d’environ trente-cinq ans, indique le spécialiste.

Selon lui, un tel coffre-fort énergétique est surtout utile à proximité des centrales solaires ou des parcs éoliens. Mais les installations industrielles qui doivent être alimentées en électricité renouvelable font également partie des champs d’application – notamment les grands centres de données ou les usines de dessalement. «Comme cette technologie n’a pas besoin d’être refroidie, elle peut être utilisée en plein désert», précise-t-il.

Pas de béton

L’entreprise attache également de l’importance à la protection de l’environnement au moment de produire ses blocs. Au lieu d’utiliser du béton, responsable de beaucoup d’émissions de CO2, elle a recours à un ciment alternatif qui provient de la terre, de résidus de combustion ou de fibres de verre issues d’éoliennes désaffectées. «100% des matériaux utilisés se trouvent à proximité de l’usine, ce qui permet d’économiser les coûts de transport et de générer des emplois sur place», se réjouit Robert Piconi.

Après la création d’une unité de démonstration en 2018 au Tessin, et la mise en service de la première structure de 5 MWh en 2020, il est prévu d’ériger les premières grandes installations cette année. Robert Piconi estime qu’il convient d’aller de l’avant, et que, compte tenu du changement climatique, il faut, dès maintenant, trouver rapidement des solutions. «Nous ne pouvons pas attendre cinq ou dix ans de plus», conclut-il.

Une deuxième génération

L’entreprise Energy Vault a déjà lancé une deuxième génération de l’Energy Vault. Empilées les unes sur les autres, ces tonnes de blocs ne formeront plus une tour autonome, mais un immense bâtiment de 30 étages. L’installation répond aux normes de construction internationales, et peut se développer jusqu’à atteindre des structures de stockage d’une capacité de plusieurs gigawattheures.

Dans la deuxième génération de ce coffre-fort énergétique, l’électricité est empilée dans un bâtiment de 30 étages.

Dans la deuxième génération de ce coffre-fort énergétique, l’électricité est empilée dans un bâtiment de 30 étages.

Energy Vault

Ton opinion