Publié

JO de TokyoL’EPFL très fière de «sa» médaille

Dimanche, à la surprise générale, Anna Kiesenhofer, postdoctorante à l’Institut de Mathématiques de l’EPFL, a remporté la course cycliste en ligne à Tokyo. Ses collaborateurs ne cachent pas leur joie et leur étonnement.

par
Cécile Détraz
L’Autrichienne Anna Kiesenhofer célèbre sa victoire lors de la course cycliste sur route féminine au Fuji International Speedway à Oyama, le 25 juillet 2021.

L’Autrichienne Anna Kiesenhofer célèbre sa victoire lors de la course cycliste sur route féminine au Fuji International Speedway à Oyama, le 25 juillet 2021.

AFP/Michael Steele

«L’EPFL est évidemment très fière de voir briller l’une de ses collaboratrices aux Jeux olympiques», se réjouit Martin Vetterli, président de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). La fierté était telle que l’établissement a relayé la bonne nouvelle sur son site moins de deux heures après qu’Anna Kiesenhofer, l’une de ses chercheuses, a décroché l’or aux JO de Tokyo ce dimanche. Elle a remporté l’épreuve sur route en cyclisme féminin pour sa première participation aux Jeux olympiques. D’origine autrichienne, l’athlète travaille aussi depuis 2017 comme scientifique à l’Institut de Mathématiques.

«J’ai appris par hasard qu’elle participait aux JO»

Au téléphone, Joachim Krieger ne cache pas sa surprise. Actuellement aux États-Unis, le directeur de la Chaire des Équations Différentielles Partielles, dont fait partie la cycliste, nous raconte qu’elle n’a qu’à peine parlé de son départ pour Tokyo. «J’ai appris par hasard qu’elle participait aux JO. C’est un collègue autrichien amateur de cyclisme qui m’a interpellé en me disant que ma postdoc allait y participer.»

Joachim Krieger ne s’attendait d’ailleurs absolument pas à ce qu’elle puisse gagner. «C’est vraiment un accomplissement exceptionnel. À l’EPFL, elle s’investit au-delà de ce qui est attendu d’elle. Elle est tout le temps au bureau et je ne comprends toujours pas comment elle a réussi à combiner ces deux choses», explique-t-il, impressionné. Le professeur note tout de même que, selon ce qu’il a lu, «Anna a eu une approche très scientifique et stratégique pour sa victoire

Martin Vetterli n’hésite pas, lui non plus, à faire part de sa joie: «Nous la félicitons de réussir à mener de front ses carrières de chercheuse et de championne olympique. Puisse la victoire d’Anna stimuler ses collègues, ainsi que nos étudiantes et étudiants à ajouter un peu de sport à leurs études», ajoute-t-il.

L’institution avait d’ailleurs communiqué le jour même de la victoire d’Anna Kiesenhofer: «L’EPFL adresse ses plus vives félicitations à Anna pour ce résultat fantastique et se réjouit de fêter cet exploit avec elle à son retour en Suisse», peut-on lire sur le site.

Ses proches n’en reviennent toujours pas

Dimanche, le copain d’Anna Kiesenhofer n’en revenait pas. Comme le raconte Watson, Olivier Zingg n’a pas réussi à contenir son enthousiasme lors de la course. «J’étais sur mon home-trainer en train de crier. Heureusement, les voisins sont compréhensifs! Ils sont eux aussi grands fans de cyclisme et regardaient la course en même temps à la télé», raconte-t-il.

Le jeune Lausannois et Anna Kiesenhoffer habitent ensemble et font tous les deux partie du Vélo-Club Echallens (VD). Le président de ce dernier, Vincent Mettraux, est aussi impressionné: «Pour une fille qui est redevenue amateure, la performance est fantastique. Le plus fou, dans cet exploit, c’est qu’Anna fasse un tel résultat tout en menant un postdoctorat à l’EPFL. Franchement, chapeau!» déclare-t-il à nos confrères.

La course de dimanche avait par ailleurs donné lieu à une scène plutôt cocasse. Convaincue d’avoir remporté la course alors qu’elle était en fait deuxième, la cycliste néerlandaise Annemiek van Vleuten avait célébré son arrivée avec émotion, avant de découvrir qu’elle avait été devancée par l’Autrichienne.

Ton opinion

24 commentaires