États-Unis - L’épouse du narcotrafiquant «El Chapo» plaide coupable
Publié

États-UnisL’épouse du narcotrafiquant «El Chapo» plaide coupable

Emma Coronel, femme d’un trafiquant de drogue mexicain, a reconnu sa responsabilité dans le trafic devant la justice américaine.

Emma Coronel a la double nationalité américaine et mexicaine.

Emma Coronel a la double nationalité américaine et mexicaine.

Reuters

L’épouse du narcotrafiquant mexicain «El Chapo», Emma Coronel, arrêtée en février à l’aéroport de Washington, a plaidé coupable jeudi d’avoir participé au trafic de drogue, dans le cadre d’un accord avec les procureurs fédéraux américains.

Lors d’une audience devant le juge fédéral de Washington Rudolph Contreras, cette ex-reine de beauté de 31 ans s’est dite «coupable» des trois chefs d’accusation retenus contre elle, à savoir participation au trafic de drogue, blanchiment d’instruments monétaires, et transactions avec un narcotrafiquant étranger.

Un tunnel d’un kilomètre

Les procureurs affirment que cette femme, qui a la double nationalité américaine et mexicaine, a aussi aidé «El Chapo» à s’échapper d’une prison mexicaine en 2015. Le narcotrafiquant s’était alors échappé par un tunnel d’un kilomètre et demi, débouchant sous la douche de sa cellule et équipé de rails, infligeant un cinglant camouflet aux autorités mexicaines.

La sentence d’Emma Coronel, qui a eu deux filles jumelles avec El Chapo, doit être prononcée le 15 septembre. Ces chefs d’accusation lui font risquer théoriquement jusqu’à 10 ans de prison, mais cet accord de plaider coupable devrait lui valoir une peine réduite. Une source proche du dossier avait indiqué mardi qu’un tel accord avait été trouvé.

Prison à perpétuité

Joaquin Guzman dit «El Chapo», 64 ans, a été condamné en juillet 2019 à la prison à perpétuité, après un procès sous haute sécurité à New York, aux audiences duquel Emma Coronel s’est rendue quasi quotidiennement. Il purge sa sentence dans une prison de haute sécurité du Colorado.

Il fut pendant des années, jusqu’à son extradition du Mexique aux États-Unis en 2017, considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant au monde.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire