Zimbabwe - L’époux d’une ado morte en couches inculpé de meurtre
Publié

ZimbabweL’époux d’une ado morte en couches inculpé de meurtre

Un Zimbabwéen de 26 ans a été mis en examen vendredi après la mort, en juillet, de sa femme de 14 ans lors de son accouchement.

La Cour de Mutare, dans l’est du Zimbabwe, a inculpé de meurtre vendredi le mari d’une ado de 14 ans morte en couches.

La Cour de Mutare, dans l’est du Zimbabwe, a inculpé de meurtre vendredi le mari d’une ado de 14 ans morte en couches.

Photo d’illustration/AFP

Un Zimbabwéen de 26 ans a été inculpé vendredi de «meurtre» après la mort le mois dernier de son épouse Anna Machaya, âgée de 14 ans, au cours d’un accouchement.

Le décès de la jeune fille le 15 juillet avait suscité l’indignation notamment sur les réseaux sociaux. Les Nations Unies et des ONG avaient condamné les circonstances qui ont conduit à sa mort et une pétition avait recueilli plus de 92’000 signatures.

Le mariage avant 18 ans est illégal au Zimbabwe depuis 2016 et l’âge du consentement a été fixé à 16 ans. Mais ce pays d’Afrique australe figure parmi les 20 États du continent où le mariage des enfants est le plus répandu.

Sages-femmes et parents dans le collimateur de la justice

Le mari, Hatirarami Momberume, a été arrêté cette semaine et présenté vendredi devant un tribunal de Mutare (Est). Il est accusé de «meurtre» pour ne pas avoir conduit sa femme à l’hôpital après le début du travail, sachant pourtant «qu’il y avait un risque réel ou une possibilité que sa conduite (…) puisse causer la mort», selon des documents. Placé en détention provisoire, il est aussi poursuivi pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure.

Les sages-femmes qui se sont occupées d’Anna Machaya ont été citées au tribunal et risquent également des poursuites. Tout comme les parents de la jeune fille, appelés devant la justice pour obstruction à la justice. Ils sont accusés d’avoir tenté de dissimuler l’âge de leur fille en présentant aux enquêteurs un faux certificat de naissance.

Selon les statistiques officielles, une fille sur trois au Zimbabwe est mineure le jour de son mariage, une sur deux dans certaines zones rurales. Seuls 2% des garçons se marient avant 18 ans.

(AFP)

Ton opinion