Boxe – L’équipe de boxe du Kosovo interdite d’entrée en Serbie
Publié

BoxeL’équipe de boxe du Kosovo interdite d’entrée en Serbie

La délégation du Kosovo a été retenue à la frontière serbe à cause d’emblèmes sur leurs vêtements. Ils y allaient pour disputer les Championnats du monde de boxe qui débutent dimanche.

Les trois boxeurs engagés dans les Championnats du monde n’ont pas pu rentrer sur le territoire.

Les trois boxeurs engagés dans les Championnats du monde n’ont pas pu rentrer sur le territoire.

Pixabay

La Serbie a interdit samedi l’entrée à l’équipe de boxeurs du Kosovo venue disputer des Championnats du monde de boxe masculine à Belgrade à cause de l’emblème kosovar sur leurs tenues, a-t-on appris auprès de la fédération kosovare de boxe.

«On nous a dit que nous pouvions passer mais sans les symboles du Kosovo», a précisé le dirigeant de la fédération de boxe du Kosovo, Latif Demolli.

S’exprimant dans des médias locaux, il a précisé que les autorités serbes à la frontière avaient demandé aux boxeurs de retirer «les emblèmes nationaux des t-shirts portés sur le ring et des survêtements comme condition pour pouvoir entrer», ce qu’ils ont refusé de faire.

Les trois boxeurs de l’équipe devaient prendre part aux Championnats du monde de boxe messieurs qui débutent dimanche à Belgrade.

La Serbie n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Belgrade n’a jamais accepté l’indépendance déclarée en 2008 par son ex-province, reconnue en revanche par la plupart des pays occidentaux, et ses relations avec le Kosovo, à très large majorité albanaise, restent compliquées.

Les relations avec le Kosovo enregistrent même un regain de tensions ces dernières semaines. Le Kosovo a interdit les plaques d’immatriculation serbes sur son territoire, invoquant une mesure de «réciprocité» et des heurts ont eu lieu dans une région à majorité serbe du Kosovo.

Le Kosovo est officiellement reconnu par la plupart des fédérations internationales de sport, y compris la FIFA pour le football ou le Comité olympique international.

(AFP)

Ton opinion