Football – L’équipe de Suisse réjouit ses fans romands à la Pontaise
Publié

FootballL’équipe de Suisse réjouit ses fans romands à la Pontaise

Près de 400 personnes ont assisté au retour de la sélection nationale en Suisse romande. Pour le bonheur de chacun.

par
Valentin Schnorhk

Les ballons miniatures pleuvent sur le public. Les Lausannois sont à l’abri des intempéries, mais aussi les premiers à s’agiter quand les Manuel Akanji, Yann Sommer ou Breel Embolo s’amusent à arroser la foule avec ces petites sphères, offertes par l’ASF à ses fans romands. Aymeric, 6 ans, joue le timide. Mais il tient entre ses mains un des exemplaires lancés par Kevin Mbabu. «C’est surtout Yann Sommer qui nous a amenés ici, il l’adore», sourit le papa. Le gamin profite du moment: l’équipe de Suisse est à la Pontaise.

Avant d’affronter l’Irlande du Nord au stade de Genève samedi (20 h 45), la sélection nationale passe une bonne partie de la semaine à Lausanne, avec trois entraînements ouverts au public (aujour­d’hui et demain, en plus d’hier). Les retrouvailles avec la Suisse romande sont un succès. Il y avait bien 400 personnes dans les travées de l’enceinte de Stade Lausanne Ouchy, et ce malgré la pluie.Signe que l’équipe de Suisse a un lien à nouer avec le public.

D’autant plus qu’elle a éliminé la France lors du dernier Euro. «Nous n’avions jamais vu la Suisse dominer ainsi, insistent Alexandre, survêtement du Prilly-Sports sur les épaules, et son pote Aydon, 12 ans chacun. Elle est vraiment forte et en forme en ce moment.» L’instant ravit tant le public que l’ASF. Les séances d’autographes se poursuivent pendant une grosse demi-heure. À Lausanne, lundi, la Suisse a en tout cas séduit hors du terrain. Opération réussie.

Breel Embolo s’est prêté de bonne grâce à une séance de dédicace à la Pontaise. 

Breel Embolo s’est prêté de bonne grâce à une séance de dédicace à la Pontaise. 

Freshfocus

Le bon transfert de Cedric Itten

Cedric Itten avait besoin d’un nouveau défi. Il faut dire que la dernière saison aux Glasgow Rangers ne s’est pas révélée aussi fructueuse que prévu: seulement six buts en 42 matches. Cela lui avait coûté l’Euro, alors qu’il était resté sur de bons débuts en équipe de Suisse. Le Bâlois y a fait son retour hier. Prêté à Greuther Fürth, néopromu en Bundesliga, il y a trouvé un contexte qui lui convient mieux: «C’est un autre football, qui ressemble plus à la Suisse.» La preuve, il compte déjà un but, contre le Bayern Munich.

Ton opinion

3 commentaires