Coronavirus - Les 16-17 ans n’ont aucune envie de se faire vacciner
Publié

CoronavirusLes 16-17 ans n’ont aucune envie de se faire vacciner

Les jeunes perçoivent moins le risque de contracter le Covid et rechignent à se faire piquer. Les Cantons veulent mettre en place des campagnes incitatives.

par
cap/cho/jbm
Les centres de vaccination attendent de pied ferme l’arrivée des jeunes désirant se faire vacciner.

Les centres de vaccination attendent de pied ferme l’arrivée des jeunes désirant se faire vacciner.

Tamedia AG

Le Canton de Berne tire la sonnette d’alarme. Chez les 16-17 ans, le nombre d’inscriptions pour une vaccination Covid est faible. «La moitié des rendez-vous de vaccination pour cette catégorie d’âge sont encore ouverts, et ce depuis vendredi», précise Gundekar Giebel, porte-parole de la Direction de la santé bernoise. Le canton compte 20’000 jeunes de 16 et 17 ans.

Seuls 6000 d’entre eux se sont inscrits en ligne pour se faire vacciner. Et jusqu’à présent, ils ne sont que 2700 à avoir pris rendez-vous. Qu’en est-il de ceux qui se sont dits prêts à se faire vacciner mais qui n’ont pas encore fait le pas? «Je pense que beaucoup ne savent pas qu’il existe des rendez-vous gratuits, ou qu’ils veulent attendre», explique Gundekar Giebel.

Campagnes incitatives

Les chiffres sont un peu meilleurs dans le canton de Zurich, où 45% de cette même tranche d’âge s’est annoncée pour recevoir une injection anti-Covid. Environ un quart d’entre eux ont été vaccinés avec la première dose, ce qui représente 3500 personnes. Alors que d’autres Cantons tentent désormais de cibler les jeunes, Zurich a déjà lancé à la mi-mai une campagne axée sur ces adolescents.

Pour quelles raisons les jeunes sont-ils si critiques à l’égard du vaccin Covid? Andreas Cerny, infectiologue à la clinique Moncucco à Lugano (TI), soupçonne que la faible volonté de se faire vacciner est liée à une perception différente du danger. «Je peux imaginer que le danger du virus n’est pas perçu aussi fortement, par les garçons en particulier.» Pour que davantage de jeunes se fassent vacciner, il faut fournir des informations transparentes sur les avantages, les bénéfices et aussi les effets secondaires.

Ton opinion