Sondage: Les 18-39 ans moins enclins à laisser des pourboires

Publié

SondageLes 18-39 ans moins enclins à laisser des pourboires

Les Alémaniques sont davantage généreux que les Romands lorsqu’ils laissent un pourboire. Et les personnes âgées ouvrent davantage leur porte-monnaie.

L’usage d’arrondir au franc supérieur intervient dans 95% des cas au café.

L’usage d’arrondir au franc supérieur intervient dans 95% des cas au café.

20min/Simon Glauser

En Suisse, le pourboire est facultatif depuis l’introduction, en 1974, de la notion de «service compris». Mais les clients laissent souvent un peu plus, surtout au restaurant. Près de 95% des Suisses laissent un pourboire dans la restauration, comme le montre un sondage réalisé auprès de 500 personnes par l’institut d’études de marché GFS pour la banque Cler. Dans d’autres lieux, les clients sont nettement moins nombreux à délier leur bourse. À l’hôtel, dans un service de transport comme le taxi ou chez le coiffeur, le taux de pourboires est de 50%.

Différence entre Alémaniques et Romands

Un rösti graben est constaté. Les Suisses alémaniques ont une propension plus grande à donner que leurs compatriotes romands, les premiers dépensant en moyenne 53% de plus en pourboire que les derniers. Quant aux motivations pour être généreux, pour un peu moins de la moitié des personnes sondées, la raison première est le niveau bas des salaires des prestataires. Pour un quart des personnes interrogées, c’est uniquement parce que cela fait partie des bonnes manières.

On constate de grandes différences selon l’âge. Les personnes âgées de 18 à 39 ans sont les plus réticentes à laisser un pourboire. L’écart est particulièrement important avec les personnes de plus de 65 ans. Dans cette tranche d’âge, au moins 20% de plus que chez les 18-39 ans déclarent donner un pourboire à l’hôtel, au taxi ou au coiffeur. En règle générale, les personnes qui gagnent plus donnent aussi plus de pourboires. Environ un tiers des personnes interrogées ajoutent 10% au prix demandé. Presque personne ne donne davantage et la plupart sont au-dessous des 10%.

Peu de réfractaires

Mais 4% de la gent masculine déclare tout de même ne jamais donner de pourboire. Chez les femmes, ce pourcentage tombe à 1%. Là encore, on constate des écarts nets entre les différentes régions linguistiques: tandis qu’en Romandie, 5% des personnes interrogées refusent de donner un pourboire quel qu’il soit, seuls 2% tiennent ce discours en Suisse alémanique.

L’experte en savoir-vivre Katrin Künzle comprend que les plus jeunes soient plus réticents à donner un coup de pouce. «Un apprenti ne peut pas se permettre grand-chose.» Plus les gens sont âgés, plus ils ont tendance à manger de manière raffinée. Pour l’experte, «On donne plus facilement un pourboire pour un repas à plusieurs plats avec un bon service que pour une pizza assortie d’un cola.» En outre, les jeunes payent plutôt par carte et Twint, surtout depuis la pandémie.

(fpo/jbm)

Ton opinion

210 commentaires