Etats-Unis: Les 50 ans de guerre anti-tabac ont fait leur effet
Actualisé

Etats-UnisLes 50 ans de guerre anti-tabac ont fait leur effet

En 1964, 42% des Américains fumaient. La cigarette était alors permise quasiment en tout lieu.

Mais tout a changé le 11 janvier 1964 avec le rapport du Médecin Général des Etats-Unis liant pour la première fois tabagisme et cancer du poumon.

Ce document de 400 pages, qui a fait la Une des journaux, a marqué le début d'une campagne sans relâche et fructueuse contre le tabagisme. Aujourd'hui, seulement 18% de la population fument et la consommation de cigarettes par tête a baissé de plus de 70%.

«Ce rapport et les efforts contre le tabac mis en oeuvre ensuite représentent la campagne de santé publique la plus réussie dans l'histoire moderne en termes de bienfaits pour la population», estime David Levy, démographe à l'Université Georgetown de Washington, coauteur d'une étude publiée dans le «Journal of the American Medical Association» (JAMA).

D'après cette enquête, les efforts pour décourager le public de fumer ont permis d'épargner huit millions de vies ces 50 dernières années, période durant laquelle le tabac a fait près de 18 millions de morts.

Le taux des cancers du poumon nouvellement diagnostiqués a baissé de 2,5% chez les hommes et de 1,9% chez les femmes de 2005 à 2009, selon un rapport publié jeudi par les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Le recul du tabagisme a aussi contribué à une baisse des décès résultant de maladies cardiovasculaires, ceux-ci ayant diminué de 12% de 1980 à 2000.

Large mobilisation

Le rapport du Médecin Général a très vite provoqué une large mobilisation des pouvoirs publics.

En 1965, le Congrès adopte une loi forçant les groupes de tabac à mettre des mises en garde sur les paquets de cigarettes. En 1967, la Commission fédérale des Communications (FCC) ordonne aux chaînes de télévision et aux stations de radio de laisser des espaces pour diffuser des messages anti-tabac. La FCC finit par interdire les publicités des groupes de tabac sur les ondes en 1971.

Sous la pression des mouvements contre la cigarette, des zones non-fumeurs commencent, dans les années 70, à voir le jour dans les avions de ligne, les lieux publics et les restaurants. Toutefois, des interdictions complètes se généraliseront durant les décennies suivantes. En 1990, fumer est interdit sur tous les vols intérieurs aux Etats-Unis et sur toutes les destinations depuis 2000.

Actions en justice

Aujourd'hui, 30 Etats et Washington DC, la capitale fédérale, ainsi que des centaines de villes et comtés interdisent de fumer dans les restaurants et les bars. Les taxes de vente sur les cigarettes ont fortement augmenté et les distributeurs automatiques de paquets de cigarettes ont disparu.

Les groupes de tabac ont aussi été la cible de nombreuses actions en justice dont la plus spectaculaire a été menée par une quarantaine d'Etats réclamant des dédommagements pour le coût des traitements des patients atteints de maladies qui ont résulté du tabagisme.

Les fabricants de cigarettes ont finalement accepté un compromis en 1998, aux termes duquel ils ont versé 200 milliards de dollars et limité les publicités visant les jeunes. Mais ils continuent aujourd'hui à dépenser 8,8 milliards de dollars par an dans la publicité pour promouvoir les ventes de cigarettes, selon la FCC.

44 millions de fumeurs

Malgré ces progrès spectaculaires ces dernières décennies, 44 millions d'Américains fument encore et 443'000 meurent chaque année de maladies liées au tabagisme. Celui-ci reste la première cause évitable de mortalité, selon les CDC.

La plus récente étude de l'Organisation Mondiale de la Santé indique que la cigarette est responsable de 5,7 millions de morts par an dans le monde. La proportion de la population mondiale qui fume a aussi diminué depuis 1980 mais le nombre de fumeurs a fortement augmenté en raison de la croissance démographique, selon un rapport américain publié récemment. (ats)

Ton opinion