Dopage: Les 68 athlètes russes n'iront pas aux JO
Actualisé

DopageLes 68 athlètes russes n'iront pas aux JO

Le Tribunal arbitral du sport a rejeté l'appel des 68 athlètes russes suspendus par la Fédération internationale de l'athlétisme. La commission exécutive du CIO débattra dimanche sur la situation.

1 / 92
Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

AFP
Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

AFP
Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

AFP

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté l'appel du Comité olympique russe (ROC) et des 68 athlètes qui demandaient à participer aux jeux Olympiques de Rio après avoir été suspendus par la Fédération internationale (IAAF).

«Le jury du TAS a confirmé la validité de la décision de l'IAAF selon laquelle des athlètes dont la fédération nationale est suspendue sont inéligibles pour les compétitions tenues sous l'égide de l'IAAF», a déclaré le TAS pour motiver sa décision.

Selon le TAS, le ROC reste «habilité à sélectionner comme représentants de la fédération de Russie aux Jeux olympiques de Rio les athlètes russes qui remplissent les critères et sont éligibles pour concourir selon (le règlement) de l'IAAF». A ce jour, seules deux athlètes russes, la sauteuse en longueur Darya Klishina et Ioulia Stepanova (800m) ont été repêchées par l'IAAF.

Les trois arbitres du TAS ont également estimé n'être pas compétents pour déterminer si les athlètes russes sélectionnées doivent être inscrits «comme représentants de la Fédération de Russie ou comme athlètes neutres».

L'IAAF a immédiatement réagi avec soulagement à la décision du TAS estimant qu'elle créait des «conditions de compétition à armes égales entre athlètes».

Après celle du TAS, une décision globale du CIO, qui se réunira dimanche, est attendue dans les jours à venir.

La Russie risque d'être totalement exclue des Jeux, après la publication en début de semaine du rapport McLaren, qui a démontré l'existence d'un système de dopage organisé par l'Etat russe, avec le soutien actif des services secrets, de 2011 à 2015, dans 30 sports.

Une décision «politisée »?

La double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva a remercié ironiquement le TAS d'avoir «enterré l'athlétisme». Elle avait l'ambition de remporter un troisième titre olympique à Rio, avant de prendre sa retraite sportive.

Son avis est partagé par le ministre russe des sports Vitali Moutko, qui s'est égalemet exprimé suite à la décision du TAS. «Je ne peux qu'exprimer ma déception. Nous allons réfléchir aux prochaines étapes. A mon avis, c'est une décision subjective, assez politisée et sans fondement juridique», a-t-il déclaré à l'agence de presse russe TASS. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion