Alcoolémie: Les abus d'alcool, pas qu'une affaire de jeunes

Actualisé

AlcoolémieLes abus d'alcool, pas qu'une affaire de jeunes

Une étude menée à l'hôpital de l'Ile à Berne nuance les dernières tendances selon lesquelles les urgences sont toujours plus confrontées à des jeunes proches du coma éthylique.

L'explosion des cas concerne aussi les adultes.

Globalement, le nombre d'hospitalisations à l'Ile à Berne pour intoxication à l'alcool est passé de 134 en 2000 à 373 en 2007. Pour les 16-25 ans, on est passé de 29 à 74, indique Monika Habkern, codirectrice de l'étude dans une interview samedi au «Bund» et au «Tages-Anzeiger».

L'alcoolémie moyenne atteint 2,25 pour mille. Chez les jeunes (moins de 25 ans), elle est de 1,67 pour mille. La plus haute valeur mesurée est de 4,4 pour mille.

Si les jeunes ainsi hospitalisés abusent de l'alcool très ponctuellement mais de manière exagérée dans le but clair de se saoûler, il en va différemment pour les adultes. Ceux qui se retrouvent à l'hôpital sont en général des alcooliques chroniques. Ils ont entre 30 et 40 ans, ont souvent perdu leur travail et sont abandonnés.

Leur alcoolémie est bien plus élevée que celle des jeunes amenés à l'hôpital. L'état et les symptômes sont d'ailleurs souvent indépendants du taux d'alcool. Avec 2 pour mille, un alcoolique adulte peut quasi ne rien laisser paraître alors qu'une jeune fille peut se trouver dans le coma.

Drogues mêlées

La consommation mêlée de drogues festives tel le GHB ne doit pas non plus être négligée, précisent les auteurs de l'étude. Cette drogue liquide n'étant pas facile à déceler, aucun chiffre n'a cependant pu être établi. Les auteurs de l'étude ont en revanche pu mettre au jour que 23% des jeunes admis aux urgences avaient consommé des drogues, cannabis ou cocaïne avant tout, en plus de l'alcool.

L'ecstasy n'a été remarqué que dans 2,4% des cas. Pour 9,1% des admissions aux urgences de jeunes pris de boisson, une consommation de médicaments est aussi avérée. La plupart de ces cas concernent des jeunes ayant tenté de mettre fin à leur vie, précise l'Hôpital de l'Ile dimanche dans un communiqué.

(ats)

Ton opinion