Actualisé

NeuchâtelLes accros au méth pourront échapper aux poursuites

Un consommateur pourra accepter de suivre quatre séances individuelles psycho-éducatives sur les effets de leur drogue.

Cette méthamphétamine, dénommé crystal en raison de sa forme solide cristalline, est extrêmement addictif.

Cette méthamphétamine, dénommé crystal en raison de sa forme solide cristalline, est extrêmement addictif.

Le canton de Neuchâtel adopte une stratégie innovante pour lutter contre l'expansion du marché de la méthamphétamine. Ce modèle permet aux consommateurs d'échapper aux poursuites judiciaires s'ils acceptent de suivre des séances d'information sur les effets de cette drogue.

Baptisé WarningMeth, ce programme présenté mardi s'adresse aux nouveaux consommateurs de Crystal ou de pilules thaïes interpellés par la police. Le contrevenant peut échapper à la répression pour autant qu'il s'engage à suivre quatre séances individuelles psycho-éducatives organisées par Addiction Neuchâtel.

«Si la personne refuse, son cas est transmis au Ministère public», a précisé Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire neuchâteloise. Un consommateur interpellé par la police devra s'acquitter d'une amende de 300 francs. Son dossier est transmis au service des automobiles avec à la clé un retraît de permis.

Ce programme de quatre séances n'a pas l'ambition de soigner une dépendance. Il entend davantage lancer un processus de réflexion chez le consommateur pour qu'il entreprenne les démarches pour sortir de cette dépendance.

Alternative à la dénonciation

Ce «marché» entre la police et le contrevenant n'enfreint pas la loi fédérale sur les stupéfiants (LStup), a relevé le procureur général du canton de Neuchâtel Pierre Aubert. Une disposition de la LStup permet de privilégier les mesures de protection à la répression. «C'est un essai très ciblé que nous avons mis en place», a souligné Pierre Aubert.

«Cette nouvelle politique criminelle innovante doit permettre aux gens de sortir plus tôt de la toxicomanie», selon Olivier Guéniat. L'objectif n'est pas d'éradiquer le trafic de la méthamphétamine. Ce programme qui repose sur le volontariat pourrait concerner entre 30 et 50 personnes. Un premier bilan sera dressé après une année.

Le marché de la méthamphétamine s'est développé et a trouvé un ancrage dans tout le Nord-ouest de la Suisse, de Neuchâtel, en passant par Bienne jusqu'à Bâle. Son apparition en Suisse et sa répartition géographique semblent liées à la prostitution thaïlandaise dans les années nonante.

Marché en expansion

Cette substance est apparue dans le canton d'abord sous sa forme de pilules thaïes puis sous sa forme de Crystal, substance hautement addictive. Le prix de 0,1 gramme de Crystal se négocie de 40 à 50 francs. Les personnes dépendantes se livrent au trafic pour financer leur propre consommation.

Le marché de cette drogue n'a cessé de s'étendre dans le canton de Neuchâtel. Le nombre de consommateurs connus de la police a passé d'une vingtaine début 2000 à plus de 1000 aujourd'hui. Le trafic et la consommation se déroulent essentiellement en milieu privé entre des personnes qui se connaissent, selon Olivier Guéniat.

La région de Neuchâtel a récemment beaucoup fait parler d'elle à la suite de la publication des résultats d'une analyse des eaux usées, plaçant le chef-lieu cantonal comme étant la ville la plus consommatrice de méthamphétamine en Suisse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!