Actualisé 11.01.2013 à 11:04

IndeLes accusés du viol voulaient tuer une femme

Les six hommes accusés du viol collectif d'une jeune Indienne le 16 décembre à New Delhi avaient délibérément décidé de chercher une femme pour l'agresser sexuellement et la tuer, dit la police.

La police a annoncé que les violeurs voulaient tuer une femme.

La police a annoncé que les violeurs voulaient tuer une femme.

L'étudiante en kinésithérapie de 23 ans est morte le 29 décembre des suites de l'agression qui a provoqué un vaste mouvement d'indignation en Inde contre les violences faites aux femmes.

Les accusés, écrit la police dans ce document figurant dans le dossier d'accusation du parquet, «ont décidé à l'avance» de chercher une femme «avec l'intention de la tuer» lors d'un dîner dans la soirée du 16 décembre.

Le document du parquet, de plus de 600 pages, contient les éléments rassemblés par l'accusation - preuves médico-légales à charge, aveux, déclarations de témoins et rapports médicaux.

Ils tentent de l'écraser

Les avocats commis d'office désignés jeudi par le tribunal contestent toutefois les conclusions des procureurs et dénoncent des failles dans l'enquête. Leurs clients ont été privés de représentants de la défense pendant une longue période, critiquent-ils notamment.

Le tribunal a pris connaissance du document de police samedi dernier, ce qui permet de le rendre public en vertu de la loi indienne.

Selon les enquêteurs, les six hommes ont embarqué à bord d'un bus scolaire conduit dans la journée par le chef présumé de la bande et ont entamé leur traque. Ils ont alors trouvé l'étudiante et son compagnon qui cherchaient un moyen de transport pour rentrer chez eux en sortant du cinéma.

Le couple a été frappé à coups de barre de fer et la femme violée à de multiples reprises avant qu'ils la jettent du bus en mouvement. Les suspects ont ensuite cherché à écraser la jeune femme avec leur véhicule, mais son compagnon a pu l'écarter, ajoutent les policiers.

T-shirt maculé du sang

La police a arrêté le chef de bande le lendemain en retrouvant le bus grâce à des caméras de vidéosurveillance. Il portait toujours un T-shirt maculé du sang de la victime et a avoué son crime et dénoncé ses complices «lors d'un interrogatoire soutenu», indique encore le document.

Son frère affirme avoir été torturé lors de sa détention, a déclaré jeudi son avocat. Le parquet a annoncé qu'il requerrait la peine de mort pour cinq des prévenus. Le sixième devrait être jugé séparément par un tribunal pour enfants s'il est confirmé qu'il a moins de 18 ans, ce que doit établir une analyse osseuse. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!