Genève: Les ados genevois laissent peu de restes à la cantine
Actualisé

GenèveLes ados genevois laissent peu de restes à la cantine

Moins de 9% de ce qui est servi dans les assiettes des 15-18 ans est
jeté. Au primaire, un système d'abonnement permet de limiter les pertes.

par
Léonard Boissonnas
En comparaison internationale, les cantines genevoises semblent exemplaires.

En comparaison internationale, les cantines genevoises semblent exemplaires.

Francois Pilon

Les élèves finissent presque tous leur assiette. Sur une portion d'environ 520 grammes, seuls 45g en moyenne par plat (20g retournés, 25g d'invendus) ne sont pas mangés dans les restaurants de l'enseignement secondaire II. Des quantités «bien en deçà» des 150g gaspillés par repas en moyenne dans les cantines scolaires françaises, relève le Conseil d'État dans sa réponse à une motion de députés socialistes. Ceux-ci citaient les chiffres de l'Hexagone pour réclamer des mesures contre le gaspillage alimentaire à l'école.

Quantités calculées au plus près

Au secondaire II, environ 2300 repas chauds par jour sont servis (350 000 par an). Plusieurs mesures sont prises en amont pour limiter le gaspillage, indique l'Exécutif. L'offre est étudiée pour répondre aux envies des élèves «sans pour autant sacrifier les principes d'une alimentation variée et équilibrée». Le gérant de chaque cantine achète les matières premières «au plus juste et en flux tendu». De plus, il connaît l'affluence moyenne selon les horaires ou la météo. Ainsi, «il prépare un nombre de repas au plus près, quitte à préparer des plats «minute» en cas de fréquentation plus forte», notent les autorités.

Obligation d'annoncer les absences

Au primaire, un système d'abonnement a été introduit à la rentrée 2019 et permet d'améliorer la planification des repas. Les parents doivent également annoncer toute absence de leur enfant sur un site dédié ou sur un répondeur. Au cycle d'orientation (secondaire I), des plats sont livrés. Ils sont commandés au plus tard la veille. 

Ton opinion