Aigle: «Les adultes doivent se montrer plus sévères»
Actualisé

Aigle«Les adultes doivent se montrer plus sévères»

Pour le chef de la Division prévention criminalité, il faut se montrer plus ferme face aux incivilités des jeunes.

par
Sébastien Jost

«Les adultes doivent intervenir, affirme Pierre-Olivier Gaudard. Il faut qu'ils réagissent lorsqu'ils sont témoins d'incivilités de la part de jeunes.» Chef de la Division prévention criminalité de la police cantonale, il ne prêche pas pour l'organisation de milices urbaines. Ce qu'il recommande, c'est «d'être un peu plus sévère».

Il a réaffirmé ce credo, la semaine dernière à Aigle, à l'occasion d'une réunion entre parents, enseignants et policiers. Comme l'a révélé 24 heures, cette table ronde a été l'occasion pour certains profs de dire leur ras-le-bol des incivilités et des violences. L'incendie criminel au collège de la Planchette en décembre n'a pas amélioré le climat. «Les problèmes ne sont pas le fait d'élèves, affirme Marc Wicht, directeur des écoles d'Aigle. Ce sont des jeunes qui ne sont plus à l'école qui commettent les déprédations et les incivilités.»

Pour Pierre-Olivier Gaudard, les symptômes constatés chez certains jeunes – violence, surconsommation d'alcool, dommages à la propriété – ont un dénominateur commun: un contrôle social qui s'effiloche. «Il faut inverser la vapeur. Par exemple, des parents d'enfants de 13 ans ne doivent pas les laisser sortir le soir et consommer de l'alcool. La population doit être associée à la problématique sécuritaire.»

Ton opinion