Conjoncture: Les affaires reculent dans le Bassin lémanique
Actualisé

ConjonctureLes affaires reculent dans le Bassin lémanique

Les entreprises romandes ont connu un fléchissement en juillet, au contraire de leurs homologues tessinoises, selon l'indicateur du KOF.

Le ciel s'est quelque peu assombri pour les sociétés du Bassin lémanique.

Le ciel s'est quelque peu assombri pour les sociétés du Bassin lémanique.

AFP

La situation s'est sensiblement détendue pour les entreprises suisses depuis le début de l'année. Même si l'indicateur du KOF sur la situation des affaires a légèrement fléchi en juillet, l'économie helvétique va de l'avant, estiment les experts de l'institut zurichois.

L'indicateur de l'activité dans le secteur privé ayant progressé à six reprises auparavant, la situation reste bonne dans l'ensemble, a indiqué le Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich lundi dans un communiqué. Concernant l'avenir, les entreprises se montrent plus confiantes qu'en début d'année.

Hôtellerie et commerce de gros

Par secteurs, la situation des affaires a connu un développement très hétérogène en juillet. L'hôtellerie connaît une «détente notable». Le commerce de gros enregistre une «nette amélioration». Dans le bâtiment, les bureaux d'études et l'industrie de transformation, la situation est restée stable.

Malgré un léger assombrissement, les milieux de la finance, des assurances et autres prestataires de services restent positifs. La situation dans le commerce de détail continue à se détériorer.

Baisse en Suisse romande

Par régions, l'activité des entreprises a également enregistré une évolution inégale. La situation des affaires s'est redressée légèrement au Tessin, mais a régressé dans le Bassin lémanique, relève le KOF. Le Plateau et la Suisse orientale progressent tandis que la région de Zurich et la Suisse centrale sont en baisse. La situation est demeurée inchangée dans le nord-ouest de la Suisse.

Le KOF a mené cette enquête en juillet auprès de 4500 entreprises de l'industrie, du bâtiment et des principaux secteurs de services. Le taux de réponse a atteint environ 56%, précise-t-il. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion