Suède: Les agences snobent le mariage princier

Actualisé

SuèdeLes agences snobent le mariage princier

Les trois agences de presse mondiales AFP, AP et Reuters ont décidé samedi de renoncer à couvrir, en texte, photo et vidéo, le mariage à Stockholm de la princesse héritière Victoria.

En cause: un conflit sur les images avec la télévision publique suédoise SVT détentrice des droits.

Dans une note à ses abonnés transmise quelques heures avant la cérémonie, l'AFP a expliqué qu'»en raison de restrictions inhabituelles imposées par la télévision publique suédoise SVT sur les images du mariage» elle a décidé avec les deux autres agences «de ne pas couvrir cet événement» en texte, en photo et en vidéo.

Le conflit porte sur le coût des images que les agences estiment exorbitants et sur les restrictions de leur utilisation imposées par la télévision suédoise. Les sommes réclamées dans un premier temps par SVT «dépassaient très largement les tarifs en vigueur», selon Christine Buhagiar, responsable du service AFPTV.

Accès sans restriction

Le conflit porte aussi d'une manière plus générale sur le droit à un accès sans restriction à la cérémonie de mariage dans la cathédrale, dont la Cour a donné l'exclusivité des droits vidéo à la télévision suédoise.

La télévision publique suédoise a qualifié cette affaire de «très regrettable». «Nous avons offert (aux agences) ce qu'elles voulaient au prix qu'elles avaient elles-mêmes proposé», a indiqué à l'AFP la directrice de communication de SVT, Helga Baagö, affirmant suivre «les pratiques habituelles».

Pour le directeur de l'Information de l'AFP Philippe Massonnet, «ce combat vise à pouvoir informer au mieux le public». Il a dénoncé «l'usage de plus en plus commercialisé» qui est fait des grands événements par leurs promoteurs. «Cela s'est généralisé sur le sport, mais touche maintenant toutes sortes d'événements impliquant notamment des célébrités», a-t-il regretté.

«Il s'agit pour les agences de maintenir, face aux détenteurs des droits, un accès qui permette d'informer à tout moment. C'est un combat mené afin de pouvoir informer au mieux le public», a-t-il souligné.

(ats)

Ton opinion