10.11.2020 à 12:44

GenèveLes agents du président camerounais perdent en justice

Des gardes du corps camerounais qui avaient rudoyé un journaliste de la RTS, en 2019, contestaient leur condamnation. La Chambre pénale de recours leur donne tort.

von
dra
Des manifestations d’opposants avaient eu lieu en juin 2019 pour la venue du président camerounais à Genève. En marge de ces protestations, des gardes du corps avaient rudoyé un journaliste de la RTS. 

Des manifestations d’opposants avaient eu lieu en juin 2019 pour la venue du président camerounais à Genève. En marge de ces protestations, des gardes du corps avaient rudoyé un journaliste de la RTS.

KEYSTONE/Martial Trezzini

Sanctionnés de peines de prison avec sursis en été 2019, des membres de la sécurité du président camerounais ont notamment invoqué l’immunité diplomatique pour contester leur condamnation. La Chambre pénale de recours a rejeté leur demande, révèle la «Tribune de Genève». En marge de manifestations d’opposants au président Paul Biya, les prévenus avaient rudoyé un journaliste de la RTS devant l’Hôtel Intercontinental, le 26 juin 2019. Certains gardes du corps l’avaient immobilisé tandis que d’autres s’étaient emparé de ses affaires, comme son téléphone portable et son sac à dos.

La Chambre pénale de recours a estimé que le climat ce jour-là n’avait rien de délétère, et que le président qui n’était pas présent au moment des faits, «n’a pas été apostrophé ou injurié (…) Les agents n’avaient aucun motif pour justifier leur intervention sur la voie publique». Elle a aussi rappelé que le Ministère public ne s’est pas immiscé dans la souveraineté d’un pays étranger mais a simplement veillé à ce que l’inverse ne se produise pas.» Les prévenus avaient de leur côté présenté un avis de droit, établi par un professeur lausannois, qui concluait à l’existence d’une immunité. Pour le défenseur d’un des membres du service de sécurité, Me Robert Assaël, les agents, qui n’auraient selon lui pas commis les faits que le Parquet leur reproche, «bénéficiaient de l’immunité de juridiction des agents de l’État, faisant obstacle absolu à leur poursuite pénale en Suisse». L’affaire devrait se poursuivre devant le Tribunal Fédéral.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!