Mosquée de Winterthour: Les agresseurs présumés de la mosquée en prison
Actualisé

Mosquée de WinterthourLes agresseurs présumés de la mosquée en prison

Le Ministère public veut placer en détention provisoire huit des dix individus arrêtés mardi à sa demande, en lien avec une agression contre deux personnes dans la mosquée An'Nur.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

La procureure chargée du dossier Susanne Steinhauser a confirmé ce mercredi une information de différents médias. Elles ont été interpellées mardi matin à Winterthour et dans les communes alentour. Une douzaine de perquisitions ont aussi été effectuées.

Les personnes arrêtées, âgées de 17 à 53 ans, sont soupçonnées d'avoir agressé, frappé et séquestré deux personnes le 22 novembre 2016 dans la mosquée An'Nur de Winterthour et d'avoir menacé de mort leurs familles. Elles croyaient que leurs victimes avaient donné à des journalistes des informations sur un prédicateur qui aurait appelé au meurtre de musulmans non pratiquants.

Procédures pénales ouvertes

Des procédures pénales ont été ouvertes contre les dix personnes arrêtées pour agression, séquestration, menace, contrainte et lésion corporelle. La présomption d'innocence demeure, a souligné le Ministère public dans son communiqué.

La mosquée An'Nur a déjà fait couler beaucoup d'encre. Plusieurs médias soupçonnent l'association qui chapeaute la mosquée d'être mêlée aux départs de djihadistes en Syrie.

L'imam éthiopien qui aurait appelé au meurtre de musulmans non pratiquants a été arrêté le 2 novembre 2016 avec un membre du comité de l'association de la mosquée. Soupçonné de provocation au crime et à la violence, l'imam est toujours incarcéré. Le membre du comité a été libéré. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion