Actualisé 04.03.2010 à 21:42

policeLes «aides-flics» bientôt à l'école

Une première volée d'assistants de sécurité va commencer sa formation. Les Genevois devront se familiariser avec un uniforme de plus.

par
Mathieu Cupelin

Un nouveau corps de police va faire son apparition: celui des assistants de sécurité publique (ASP). Vingt et une personnes, dont une seule femme, viennent d'être sélectionnées. Elles commenceront en mai une instruction de dix semaines. On compte six étrangers résidant en Suisse et trois frontaliers parmi les aspirants, précise la police.

Les ASP seront chargés de missions comme faire le planton devant les ambassades et dans le trafic, coller des amendes, convoyer les détenus, réceptionner les appels et les plaintes dans les postes. Seule une minorité sera équipée d'une arme à feu. Leur uniforme devrait être gris, comme celui des auxiliaires de police des autres cantons. Leur arrivée est généralement attendue comme un soulagement au sein de la grande maison. «Ils apporteront une aide précieuse en nous déchargeant de certaines tâches, notamment administratives», se réjouit un gen­darme.

Quelques notes dissonantes se font entendre: «On crée encore un nouvel uniforme alors qu'il y a déjà la gendarmerie, la police judiciaire, celle de la sécurité internationale, les agents de la police municipale, des surveillants pour les marchés et pour les parkings. Plus personne ne sait qui fait quoi!» tempête un autre. Certains y voient également un moyen de sous-payer des «bouche-trous» pour les tâches ingrates. Ils craignent que les ASP se retrouvent un jour propulsés policiers sans en avoir la formation, la prochaine fois qu'il sera question de fusionner des corps de police.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!