Avalanche en Norvége: «Les airbags peuvent exploser sous la pression»
Actualisé

Avalanche en Norvége«Les airbags peuvent exploser sous la pression»

Quatre randonneurs suisses, dont trois Genevois, ont perdu la vie lundi, emportés par une avalanche en Norvège. Témoignage d'un guide de haute montagne qui organise ce genre d'expédition dans le monde entier.

par
Faïrouz Khaïry

«Les sommets norvégiens sont une destination classique. Ce n'est pas un voyage d'exploration», explique Fred B.. Cet amoureux de la nature est responsable d'une agence de guides de haute montagne, Peakpowder, basée à Chamonix. Avec son équipe, il organise des expéditions de ski de randonnée dans le monde entier, notamment en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

«Découvrir d'autres horizons»

«Les personnes qui se lancent dans ce genre d'aventure ont généralement pratiqué beaucoup de ski de randonnée dans dans les Alpes et d'autres pays. Elles sont expérimentées», raconte l'aventurier. Les quatre Genevois décédés dans l'avalanche, lundi en Norvège, fréquentaient en effet le même club d'alpinisme. Tout comme leurs guides, ils avaient une grande expérience de la montagne et de ses dangers. «Les randonneurs désirent découvrir d'autres horizons et d'autres paysages au bout d'un moment. Puis il y aussi le voyage en bateau sur lequel ils séjournent qui rend cette expédition d'autant plus intéressante. Des circuits de ce genre ont lieu toutes les semaines.»

Savoir skier sur toutes les neiges

En général, ce féru des sports de glisse demande aux participants de ces expéditions de savoir skier sur tous les terrains et toutes les neiges et d'avoir une autonomie au niveau du matériel. Pour la préparation physique: soutenir 3 à 5 heures d'efforts dans une journée lui semble nécessaire. Il préfère aussi rencontrer les participants avant le grand voyage «A Peakpowder, on ne part pas avec des gens qu'on ne connaît pas. C'est primordial d'avoir un échange avant de voyager ensemble, ne serait-ce que pour évaluer le niveau. En tout cas, c'est comme ça que nous fonctionnons», précise Fred B.

«Airbags: très bon système»

Qu'en est-il des airbags anti-avalanche, très prisés en ce moment, mais qui n'ont pas sauvé la vie de ces malheureux ? «C'est un très bon système qui fonctionne très bien et qui a déjà sauvé de nombreuses vies. C'est un système très simple à utiliser et même si l'avalanche est déjà partie, ils peuvent être enclenchés», répond le moniteur de ski. Ces airbags augmentent le volume de la personne qui finit pas remonter à la surface. «Lorsque l'avalanche est massive, les ballons peuvent parfois exploser car il y a trop pression». En Norvège, c'est une plaque large de plus d'un kilomètre qui s'est détachée, l'avalanche était effectivement très puissante.

Ton opinion