En pleine crise: Les Allemands ne veulent pas aider la Grèce
Actualisé

En pleine criseLes Allemands ne veulent pas aider la Grèce

Cinquante-sept pour cent des Allemands estiment qu'une aide financière à la Grèce est une «mauvaise décision», selon un sondage publié mardi à Berlin.

Ils sont seulement 33% à se dire favorables à un soutien financier, selon ce sondage réalisé pour le compte de la chaîne de télévision française France 24 et le groupe «WELT» (die Welt, Welt am Sonntag, Welt Online, Welt Kompakt et Welt Mobil)

Les résultats complets de l'enquête devaient être présentés dans l'après-midi par France 24 dans le cadre d'une émission spéciale sur l'Allemagne, enregistrée au Musée d'Histoire allemande à Berlin.

Très réticent dans un premier temps à débloquer des fonds pour Athènes, le gouvernement allemand a infléchi sa position lundi, soucieux de ramener le calme sur les marchés financiers. Berlin pose toutefois comme condition que le gouvernement grec présente un programme de réduction des déficits publics et de réformes sur plusieurs années.

«Pourquoi payons-nous aux Grecs leurs retraites de luxe»? s'interrogeait mardi en page de couverture le journal populaire Bild pour qui un retour aux drachmes, l'ancienne monnaie grecque, «serait ce qu'il y a de mieux pour notre euro».

Tableau comparatif à l'appui, le quotidien le plus lu d'Allemagne affirme que «beaucoup d'Allemands peuvent rêver du système des retraites grec».

L'Allemagne, première économie européenne, sera le plus gros contributeur au volet européen du plan d'aide international prévu pour sauver Athènes. Sur des prêts européens de 30 milliards d'euros cette année, l'Allemagne s'acquitterait d'environ 8,4 milliards. (afp)

Ton opinion