Taux directeurs – Les Allemands subissent l’inflation et vilipendent la BCE
Publié

Taux directeursLes Allemands subissent l’inflation et vilipendent la BCE

Les prix flambent dans la première économie européenne où l’inflation atteint 5%, du jamais-vu depuis 30 ans.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, est affublée par le quotidien à grand tirage «Bild», du sobriquet de «Madame Inflation», qui «porte des vêtements Chanel» mais «se moque du sort des retraités, salariés et épargnants».

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, est affublée par le quotidien à grand tirage «Bild», du sobriquet de «Madame Inflation», qui «porte des vêtements Chanel» mais «se moque du sort des retraités, salariés et épargnants».

TDG

L’inflation galopante en Allemagne, Simon Wendland, jeune papa, la ressent de plein fouet alors que son fournisseur d’électricité lui a annoncé «un doublement de prix», témoigne-t-il sur un marché francfortois.

Au sein de son ménage urbain à la recherche d’un habitat plus grand, après la naissance de jumeaux, la mère, Lena Wendland, se dit «confrontée aux prix élevés du logement» qui «font un peu peur».

«On ne sait pas où tout cela va nous mener», abonde Simon, portant un des bébés de trois semaines emmitouflé dans son manteau.

Energie, fruits, légumes et autre pâte à papier sans parler des loyers, les prix flambent en Allemagne, comme dans la plupart des pays européens, avec pour résultat une inflation avoisinant 5% en rythme annuel, du jamais-vu depuis près de 30 ans.

Du coup, la presse populaire tire à boulets rouges sur la Banque centrale européenne, dont la politique des taux maintenus au plus bas – pour soutenir l’économie – est traditionnellement perçue en Allemagne comme une cause de la hausse des prix et de la «ruine» des épargnants.

Hantés par l’inflation

La poussée d’inflation est-elle passagère ou va-t-elle durer? Telle est la question qui taraude les esprits.

De grands banquiers allemands ne croient pas à un scénario optimiste et invitent la BCE à vite réagir.

«Il y a de plus en plus d’indications que cette poussée des prix n’est pas de nature temporaire et que nous devrons vivre avec au-delà de cette année», déclare Manfred Knof, patron de Commerzbank.

Les habitants de la première économie européenne restent hantés par les grandes crises inflationnistes des années 1920 et 1970, faisant que «la peur de l’inflation infuse dans leur lait maternel», explique à l’AFP Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Dans un pays où la «Bundesbank» était vénérée jadis pour son combat acharné contre les prix élevés, la politique généreuse de la BCE passe mal.

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires