Russie: Des alliés de Navalny assignés à résidence avant des manifestations
Publié

RussieDes alliés de Navalny assignés à résidence avant des manifestations

Plusieurs partisans d’Alexeï Navalny n’ont plus le droit de quitter leur domicile sur ordre des autorités russes alors qu’une journée de protestation pour réclamer la libération de l’opposant est prévue dimanche.

Anastassia Vassilieva (à gauche), à la tête d’un syndicat de médecins lié à l’opposant, le frère d’Alexeï Navalny, Oleg (au centre), et sa femme Ioula Navalnaya (à droite). 

Anastassia Vassilieva (à gauche), à la tête d’un syndicat de médecins lié à l’opposant, le frère d’Alexeï Navalny, Oleg (au centre), et sa femme Ioula Navalnaya (à droite).

AFP

Les autorités russes ont multiplié vendredi les mises en garde et les procédures judiciaires visant les partisans d’Alexeï Navalny, assignant plusieurs d’entre eux à résidence à deux jours d’une nouvelle journée de manifestations pour réclamer la libération de l’opposant.

Le frère d’Alexeï Navalny, Oleg, a notamment été assigné à résidence, tout comme le coordinateur de l’équipe d’Alexeï Navalny à Moscou, Oleg Stepanov, ou encore Anastassia Vassilieva, à la tête d’un syndicat de médecins lié à l’opposant. Ces décisions les privent également d’un accès à internet avant les protestations de dimanche.

Le même sort devrait attendre la figure montante de l’opposition, Lioubov Sobol, ou encore Maria Alekhina, membre du groupe contestataire Pussy Riot.

Perquisitions

La plupart d’entre eux avaient été arrêtés mercredi soir, à la suite d’une série de perquisitions dans une affaire de «violation des normes sanitaires» dues à la pandémie de coronavirus. Il leur est reproché l’organisation des manifestations précédentes samedi dernier. Ces perquisitions avaient aussi visé le domicile de la femme d’Alexeï Navalny, Ioulia, et les locaux de son organisation, le Fonds de lutte contre la corruption.

Le puissant Comité d’enquête a indiqué de son côté vendredi que le bras droit de l’opposant, Léonid Volkov, qui réside à l’étranger, était recherché pour des accusations d’«incitations de mineurs à prendre part à des activités illégales», en raison de ses appels à manifester.

Les manifestations samedi dernier pour appeler à la libération d’Alexeï Navalny, également réclamée par l’UE et les États-Unis, ont rassemblé des dizaines de milliers de Russes et ont débouché sur plus de 4000 interpellations et une vingtaine d’affaires pénales qui pourraient entraîner de lourdes peines d’emprisonnement.

Une session informelle et à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU est envisagée mercredi pour aborder le cas d’Alexeï Navalny, selon des sources diplomatiques.

«Émeutes de masse»

Le Parquet et la police, qui ont multiplié ces derniers jours les avertissements à ceux qui voudraient prendre part aux prochaines protestations, ont monté la pression d’un cran vendredi en déclarant que les manifestants pourraient être poursuivis pour «émeutes de masse» si les rassemblements se soldaient par la violence.

La police a également annoncé que la circulation piétonne sera limitée dans le centre de Moscou dimanche, le jour de la prochaine manifestation, et que sept stations de métro seront fermées. Contacté par l’AFP, un porte-parole de la police n’a pas fourni davantage de détails sur ces restrictions. Le gendarme russe des télécoms Roskomnadzor a annoncé pour sa part qu’il allait sanctionner les réseaux sociaux pour avoir laissé en ligne des messages encourageants, selon lui, les mineurs à aller manifester.

Les rassemblements de dimanche se dérouleront avec pour toile de fond la comparution d’Alexeï Navalny devant des juges, prévue la semaine prochaine. Selon son avocate, l’opposant risque notamment «environ deux ans et demi» de prison ferme pour la violation des conditions d’une condamnation à trois ans et demi de prison avec sursis, qu’il s’était vu infliger en 2014.

Le «palais» de Poutine

Ces protestations sont aussi alimentées par la diffusion d’une enquête de l’opposant accusant Vladimir Poutine de bénéficier d’un opulent «palais» sur les rives de la mer Noire, vue plus de 100 millions de fois sur YouTube.

Les télévisions d’État russes ont moqué cette enquête vendredi en montrant des images d’une résidence encore en travaux, loin du luxe décrit. Cette enquête a aussi poussé Vladimir Poutine, qui se refuse de prononcer le nom d’Alexeï Navalny, à démentir en personne être le bénéficiaire de cette résidence.

Multiples affaires judiciaires

Militant anticorruption et ennemi juré du Kremlin, Alexeï Navalny, 44 ans, est visé par de multiples affaires judiciaires depuis son retour en Russie le 17 janvier, après des mois de convalescence en Allemagne pour un empoisonnement présumé, dont il accuse le président Vladimir Poutine d’être responsable.

Malgré les pressions, il a appelé jeudi une nouvelle fois les Russes à manifester. «N’ayez pas peur», a-t-il écrit dans une lettre publiée sur son blog. «La majorité est de notre côté. Allons la réveiller». Cet appel a été publié après qu’un tribunal a décidé de le maintenir en détention, ce que l’opposant a qualifié d’«arbitraire» et destiné à l’«intimider».

(AFP)

Ton opinion