Actualisé 14.09.2012 à 04:15

Emeutes anti-USA

Les ambassades sous haute surveillance

La Maison Blanche surveille de près la situation de ses missions diplomatiques à travers le monde. Elle craint de nouvelles manifestations hostiles dans les pays du monde arabe vendredi.

«On surveille étroitement les développements qui pourraient conduire à de nouvelles manifestations, et nous pensons qu'elles pourraient continuer», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

«Il est important de noter que ces manifestations se déroulent dans différentes parties du monde à cause du film (»Innocence of Muslims», ndlr) et que vendredi, demain, est traditionnellement un jour où les musulmans manifestent à travers le monde», a expliqué M. Carney.

De premières manifestations ont eu lieu en Egypte et en Libye mardi après la mise en ligne du film «Innocence of Muslims» (»L'innocence des musulmans»), qui dénigre les musulmans et le prophète Mahomet.

En Libye, ces violences ont entraîné la mort de quatre Américains, dont l'ambassadeur en Libye Chris Stevens, au consulat de Benghazi (est). Deux anciens Navy Seal, des soldats d'élite de la marine, figurent aussi parmi les victimes de cette attaque, selon le département d'Etat.

Jeudi, quatre personnes ont été tuées lors de heurts entre la police et des manifestants protestant près de l'ambassade des Etats- Unis à Sanaa, au Yémen, contre le même film.

Sécurité renforcée en Israël

Par ailleurs, la police israélienne a annoncé jeudi soir que les forces de l'ordre allaient renforcer leur dispositif de sécurité dans la Vieille ville et à Jérusalem-Est au cours de la prière du vendredi en raison des «tensions régionales».

A Gaza, des manifestations à l'appel du Hamas et du Jihad islamique sont prévues vendredi en début d'après-midi, après la prière hebdomadaire musulmane, pour dénoncer le long-métrage à petit budget intitulé «Innocence of Muslims» (»L'Innocence des musulmans»).

L'auteur du film sous protection policière

Soupçonné d'avoir mis en ligne sur YouTube la bande annonce du film amateur ridiculisant le prophète Mahomet, voire d'en être l'auteur, Nakoula Basseley Nakoula aurait demandé la protection de la police après avoir été identifié par les médias mercredi soir. Depuis, la maison de ce copte située à Cerritos, à 40 km au sud de Los Angeles, est sous surveillance tout en étant encerclée par les journalistes, a constaté jeudi un photographe de l'AFP.

«Nous avons reçu un appel et nous y répondons, nous sommes garants de la sécurité publique», a indiqué un porte-parole du shérif du comté de Los Angeles. «Il n'y a pas d'émeute, pas de crime: si nous surveillons le voisinage c'est à cause de vous», les journalistes, a-t-il ajouté. Le porte-parole n'a pas précisé qui avait appelé la police à l'aide, ni quel type de protection était en place.

Peur

La veille, un journaliste de l'AFP s'était rendu au domicile de Nakoula Basseley Nakoula, devant lequel étaient stationnés plusieurs véhicules des forces de l'ordre. Deux agents sont restés dans la maison pendant plus d'une heure avant de sortir sans faire de commentaires dans la soirée.

La famille a refusé de s'exprimer, mais l'AFP a pu constater que la porte d'entrée de la maison était très similaire à celle apparaissant dans plusieurs scènes du film controversé, dont des extraits sont visibles sur internet. Des sources non identifiées ont confié à la chaîne ABC que l'homme de 55 ans craignait pour sa vie.

Selon des documents judiciaires dont l'AFP a eu copie, l'homme avait été condamné à 21 mois de prison en 2010 pour escroquerie bancaire. La bande annonce du film, visible sur internet, a déclenché de multiples violences au Moyen Orient et le monde arabe depuis mardi. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!