États-Unis : Les Américains s'engagent pour la sécurité du Golfe
Actualisé

États-Unis Les Américains s'engagent pour la sécurité du Golfe

Les États-Unis restent engagés à préserver la sécurité du Golfe en dépit de la progression de leur production pétrolière, a assuré dimanche le secrétaire américain au Commerce.

«Les Etats-Unis et les Emirats arabes unis ont un engagement (commun): préserver la sécurité et la stabilité du Golfe», a déclaré Penny Pritzker, le responsable américain devant les participants à un forum économique à Abou Dhabi. «Cet engagement ne changera pas même si les Etats-Unis deviennent plus indépendants énergétiquement», a-t-il souligné.

Marché pétrolier

Washington a pour intérêt à ce que «le marché pétrolier à travers le monde reste stable et bien approvisionné», a-t-il ajouté. M. Pritzker conduit une délégation commerciale américaine effectuant une tournée dans le Golfe qui inclut, outre les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et le Qatar. Le développement fulgurant aux États-Unis de la production de pétrole et de gaz de schiste rend ce pays moins dépendant du pétrole du Golfe. En octobre de l'année dernière, la production pétrolière aux États-Unis a dépassé les importations pour la première fois en presque deux décennies.

Millions de barils par jour

La production avait alors atteint 7,7 millions de barils par jour, un niveau jamais atteint en 24 ans, avait indiqué l'agence américaine chargée de l'information sur l'énergie. Les importations de pétrole, longuement considérées comme un facteur de vulnérabilité pour les États-Unis ont diminué à un niveau bien inférieur à celui de cette production. Par conséquent, les importations n'ont atteint alors que 40% de la consommation contre 60% en 2005, selon la même agence.

Ces importations ne devraient couvrir que 28% de la consommation en 2014, selon les projections de la même agence. Les Emirats restent fortement dépendants du pétrole en dépit d'efforts pour diversifier leur économie. Le pays tire 90% de ses revenus de ses exportations pétrolières.

(afp)

Ton opinion