Jo de Tokyo - Les Américains se demandent: «C’est quel pays, SUI?»
Publié

Jo de TokyoLes Américains se demandent: «C’est quel pays, SUI?»

Les recherches du terme «SUI» sur Google ont explosé aux États-Unis lors de la demi-finale de beachvolley entre la paire suisse et l’équipe américaine. Mais ne nous moquons pas trop vite…

Le drapeau sur le maillot n’a pas suffi à lever le mystère sur la signification de l’abréviation SUI pour certains Américains.

Le drapeau sur le maillot n’a pas suffi à lever le mystère sur la signification de l’abréviation SUI pour certains Américains.

AFP

Mercredi soir, aux États-Unis, 2h du matin en Suisse: la demi-finale de beachvolley démarre à Tokyo, opposant le duo suisse Joana Heidrich/Anouk Vergé-Dépré (devenues par la suite médaillées de bronze ce vendredi) à la paire américaine April Ross/Alix Klineman (devenues par la suite championnes olympiques). De nombreux Américains sont devant leur télé, et voient les maillots des joueuses et le score en surimpression: c’est SUI contre USA.

Et là, Google constate une forte augmentation de la question «What country is SUI?» sur son moteur de recherche. Des médias américains ont ensuite tenté d’expliquer à leur audience pourquoi on avait gardé le SUI francophone pour Suisse. Après tout, on dit bien USA pour United States of America, alors pourquoi pas SWI pour Switzerland? «Cela ne semble en effet pas instinctif», admet le site CBS8, comme l’a rapporté Blick ce vendredi.

Il y a bien eu quelques pics de recherches sur Google lorsque des Suisses se sont illustrés sur les télévisions américaines.

Il y a bien eu quelques pics de recherches sur Google lorsque des Suisses se sont illustrés sur les télévisions américaines.

Google Trends

IRI, INA, MAS, petit quiz

L’explication de pourquoi la Suisse conserve son abréviation en français alors que d’autres pays concourrent avec une abréviation en anglais (GER pour l’Allemagne et non pas ALL en français ou DEU dans sa langue, autre exemple), n’est pas vraiment claire, mais pas non plus surprenante, le français étant une langue officielle du Comité international olympique et le siège étant basé à Lausanne.

1 / 3
L’aviez-vous deviné? Le lutteur Reza Atrinagharchi, qui arbore les lettres «IRI» est bien sûr Iranien.

L’aviez-vous deviné? Le lutteur Reza Atrinagharchi, qui arbore les lettres «IRI» est bien sûr Iranien.

REUTERS
Si vous avez regardé la finale du double dames en badminton, peut-être avez vous dû chercher aussi ce que signifiait «INA». Les deux championnes sont bien entendu Indonésiennes.

Si vous avez regardé la finale du double dames en badminton, peut-être avez vous dû chercher aussi ce que signifiait «INA». Les deux championnes sont bien entendu Indonésiennes.

Getty Images
La plongeuse Jun Hoong Cheong vient du pays abrégé en «MAS». La Malaisie, cela va de soi.

La plongeuse Jun Hoong Cheong vient du pays abrégé en «MAS». La Malaisie, cela va de soi.

AFP

Dans tous les cas, nous aurions peut-être tort de nous moquer encore de la culture générale géographique des Américains qui ne reconnaissent pas que SUI est le petit nom de la Suisse. Par chez nous, il n’est pas non plus sûr que tout le monde reconnaîtrait d’instinct que les athlètes arborant les lettres «IRI» sont Iraniens, «INA» pour les Indonésiens, ou «MAS» pour les Malaisiens. Et pour finir, mais c’est pour des raisons bien différentes, pas facile pour les amateurs de savoir d’où viennent les nombreux athlètes qui portent les lettres «ROC» et sans aucun drapeau…

(ywe)

Ton opinion

190 commentaires