Football - Coupe du monde: Les Amériques ont vibré football
Actualisé

Football - Coupe du mondeLes Amériques ont vibré football

Commentateurs devenus fous, but fantôme d'un Lausannois, récital de Messi, Falcao qui demande à ses adversaires de lever le pied… Cette soirée de ballon rond a été totalement folle.

par
rca
Le "goal line technology" a de beaux jours devant elle.

Le "goal line technology" a de beaux jours devant elle.

Le football rend fou, c'est bien connu. Alors quand une nuit comme celle de mardi à mercredi qualifie l'Argentine in extremis, envoie le Panama à la Coupe du monde en Russie grâce à un ballon qui n'a jamais passé la ligne, élimine les Etats-Unis pourtant quasi certains d'y être et qu'une star mondiale colombienne demande à ses adversaires de conserver le résultat…

Commençons par le commencement. Mal embarquée dans la zone AmSud, l'Argentine devait à tout prix l'emporter en Equateur pour espérer jouer le Mondial. Alors quand les joueurs locaux ont pris l'avantage après une minute de jeu, on s'est dit que Messi & Cie allaient avoir de longues vacances l'été prochain.

Mais on ne boute pas facilement un quintuple Ballon d'Or hors de la plus grande compétition planétaire. La «Pulga» a marqué trois fois aux 13e, 20e et 63e minutes et fait exploser tout un pays, ainsi que le commentateur de la TV locale.

L'autre sensation de la nuit est venue du Panama et de Trinité-et-Tobago. Les Américains ont été piégés (2-1) dans les Caraïbes et, contre toute attente, n'iront pas en Russie. Au contraire du Panama, qui a battu le Costa Rica (2-1), grâce notamment à un but fantôme de Gabriel Torres, l'attaquant du FC Lausanne-Sport. Le «Vaudois» a «égalisé» sur corner à la 53e… d'une tête plongeante à ras de terre sur le poteau!

Quelques minutes plus tard, à moins de 180 secondes de la fin du temps réglementaire, c'est Roman Torres qui a envoyé les siens (et le commentateur également) au septième ciel.

Mais ce n'en était pas fini de cette soirée totalement improbable. Au Pérou, Colombiens et Péruviens se tenaient en échec sur le score de 1-1, après des réalisations de James Rodriguez (56e) et Paolo Guerrero (76e). Un résultat qui convenait parfaitement aux deux formations. Du coup, Radamel Falcao a passé de longs moments à essayer de convaincre ses adversaires de ne pas en faire trop. D'où une certaine polémique…

Ton opinion