Secret bancaire: Les Anglais devront déclarer leurs biens à Vaduz
Actualisé

Secret bancaireLes Anglais devront déclarer leurs biens à Vaduz

Les clients britanniques des banques liechtensteinoises devront à l'avenir prouver qu'ils déclarent leur argent aux impôts.

Dans un accord signé mardi avec le Royaume-Uni, la Principauté s'est engagée à respecter la conformité fiscale.

Les clients taxés au Royaume-Uni ont jusqu'en 2015 pour déclarer les fonds qu'ils ont déposés au Liechtenstein ou les retirer de ce pays. Selon le fisc britannique, quelque 5000 personnes sont concernées. Elles auraient caché au total jusqu'à 2,5 milliards d'euros à Vaduz.

Après 2015, les banques du micro-Etat seront tenues de demander à leur client la preuve qu'ils ont déclaré leur argent au fisc britannique. Celles qui ne le font pas pourront être punies.

«Un accord pionnier»

L'accord signé entre le premier ministre liechtensteinois Klaus Tschütscher et le secrétaire au Trésor britannique Stephen Timms précise toutefois qu'aucune donnée concernant les clients des banques de la Principauté ne seront jamais transmises aux autorités du Royaume-Uni.

Selon un porte-parole des autorités anglaises cité par l'AFP, les clients britanniques qui déclarent leurs avoirs d'ici 2015 bénéficieront d'une amnistie fiscale. De plus, «ceux qui ne se déclareront pas devront quitter le Liechtenstein, mais leurs noms ne seront pas transmis aux autorités britanniques».

Devant les médias, le chef du gouvernement liechtensteinois a parlé «d'un grand pas en avant pour la place financière de la Principauté». Selon Stephen Timms, la fraude fiscale est de moins en moins admise dans le monde. Le Liechtenstein joue actuellement «un rôle de pionnier» en faisant évoluer son droit vers plus de transparence, a-t-il déclaré.

2e accord en vue

Dans l'accord, le Royaume-uni s'engage par ailleurs à ne pas entraver les activités du secteur financier liechtensteinois et à ne pas discriminer l'économie de ce pays. Enfin, les deux signataires ont l'intention de négocier un accord de double imposition.

L'association des fiduciaires de la Principauté refuse l'accord signé mardi. Elle estime que les règles qu'il introduit dès 2015 ne permettront plus de mener des relations de confiance avec les clients. L'Union des banques liechtensteinoises peut elle vivre avec l'accord, a-t-elle indiqué à l'ATS.

Vaduz avait décidé le 12 mars dernier d'assouplir son secret bancaire en adoptant les standards de l'OCDE en matière d'échange d'informations. La Principauté s'est déjà engagée à livrer des données aux Etats-Unis en cas de soupçon de fraude fiscale. Le gouvernement liechtensteinois a par ailleurs ouvert des négociations avac le Luxembourg et l'Allemagne.

(ats)

Ton opinion