Affaire des fuites: Les anti-Berset lancent une pétition pour l’ouverture d’une triple enquête

Publié

Affaire des fuitesLes anti-Berset lancent une pétition pour l’ouverture d’une triple enquête

Les milieux qui se sont opposés aux mesures Covid réclament que le conseiller fédéral soit aussi visé par une enquête de la surveillance des marchés, de la justice et des élus.

Le groupe Mass-Voll, désormais occupé à s’opposer au WEF, n’a pas oublié ses premiers combats et sa cible numéro un qu’est Alain Berset.

Le groupe Mass-Voll, désormais occupé à s’opposer au WEF, n’a pas oublié ses premiers combats et sa cible numéro un qu’est Alain Berset.

20min/Simon Glauser

Mass-Voll, le groupe principalement alémanique qui s’était illustré dans les manifestations contre les mesures Covid, n’a pas manqué l’occasion de l’affaire des fuites pour s’en prendre à sa cible favorite. Il vient de lancer une pétition en ligne pour «sauver la Suisse» en réclamant l’ouverture d’une triple enquête contre Alain Berset. L’une de la part de la FINMA pour un aspect financier autour de la signature des contrats pour les vaccins, l’une du Ministère public de la Confédération (MPC) pour le volet pénal et l’une d’une commission d’enquête parlementaire pour l’aspect politique. 

«Nous exigeons un traitement transparent et immédiat de cette crise d'État historique au niveau politique et pénal», écrit le groupe en introduction de sa pétition qui a pour l’heure récolté près de 3000 signatures, et qui veut aussi soumettre à l’enquête la famille d’Alain Berset, les collaborateurs de son département ainsi que la maision d’édition Ringier, éditrice de «Blick».

Des enquêtes déjà en cours

Mais Mass-Voll a surtout pour souhait ultime la démission d’Alain Berset, tout comme certains élus. «La démission immédiate du président de la Confédération Alain Berset est sans alternative. Il est inadmissible qu'il puisse entraver l'enquête en restant provisoirement en fonction», lit-on.

À noter que les choses ont commencé à bouger avant que le groupe ne lance sa pétition. Alain Berset lui-même n’est pas visé par une enquête du MPC, mais son chef de la communication l’est et le conseiller fédéral a été auditionné pendant plusieurs heures dans ce cadre. De plus, la commission de gestion du Conseil des États, l’un des organes de surveillance de l’état, songe à auditionner Alain Berset également et a prévu de discuter des suites à donner lors de sa prochaine séance.

Fuites pour Blick

L’affaire tourne principalement autour des fuites d’infos confidentielles. À plusieurs reprises pendant la pandémie, «Blick» a pu informer ses lecteurs des propositions que le ministre de la Santé allait soumettre à la séance du Conseil fédéral la veille de celle-ci. La signature des contrats pour les vaccins font partie de ces informations sensibles et le groupe Mass-Voll estime que certaines personnes ont pu en tirer profit en boursicotant de manière anticipée avant les annonces qui ont fait gonfler la valeur des actions des fabricants de vaccins. 

(ywe)

Ton opinion