Actualisé 07.12.2010 à 15:51

Piratage de logicielsLes antivirus du Vatican n'étaient pas tous saints

Une licence valable pour seulement 14 machines était utilisée illicitement sur près de 775 000 ordinateurs, dont 2 au Saint-Siège.

de
laf

En juin 2009, l'éditeur de solutions antivirus Avast a tenté une expérience originale. Retrouvant sur le Net une licence multiple vendue à une société basée en Arizona, l'éditeur a choisi de ne pas intervenir. Il voulait suivre sa propagation dans le temps et dans l'es­pace.

Dix-huit mois plus tard, Avast a constaté qu'exactement 774 651 ordinateurs se servaient de cette licence multiple Avast Pro Antivirus, accordée à 14 machines.

Les utilisateurs indus sont ainsi allés chercher sur les réseaux de partage de fichiers les codes d'activation pour utiliser le logiciel.

«Maintenant, nous sommes en train de convaincre ces ­pirates de devenir des utilisateurs de produits légaux», a déclaré Vince Steckler, PDG d'Avast Software. La société a ainsi «poussé» sur toutes les machines un message avec un lien les invitant à retrouver la voie de la légalité.

Les utilisateurs indélicats proviennent de plus de 200 pays différents. Parmi eux, on trouve notamment le Vatican, où deux ordinateurs utilisaient sans droits le logiciel antivirus. Mais Avast serait en pourparlers avec le Vatican, avouant qu'il y avait déjà eu «quelques conversions» à la version légale.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!