Immobilier: Les apparts sont rares, les loyers augmentent et «ce n’est que le début»

Publié

ImmobilierLes apparts sont rares, les loyers augmentent et «ce n’est que le début»

Une étude montre que l’offre de logements n’a pas été aussi basse depuis dix ans. Le nombre de nouvelles constructions ne suit pas face à la hausse de la population.

Les nouvelles constructions, ici le chantier des Plaines- du-Loup à Lausanne en février, ne suffisent pas pour répondre à la demande.

Les nouvelles constructions, ici le chantier des Plaines- du-Loup à Lausanne en février, ne suffisent pas pour répondre à la demande.

PATRICK MARTIN/24 HEURES

Une récente étude de Raiffeisen montre que, début juin, moins de 1% du parc immobilier suisse était mis en location ou en vente sur les plateformes en ligne, lit-on jeudi dans le «Tages-Anzeiger». La banque considère que ce ratio entre les biens disponibles et ceux mis sur le marché est un indicateur fiable pour anticiper les tendances sur trois à six mois.

Raiffeisen indique que le taux d’appartements vacants était de 1,25% en juin de cette année, alors qu’il était encore de 1,54% un an plus tôt selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique. Entre 2018 et 2020, cette proportion était stable à plus de 1,6%.

Selon les conclusions de l’étude, l’offre abondante constatée ces dix dernières années est en train de s’éroder rapidement avec pour conséquence une hausse des prix des loyers depuis environ six mois observée sur les plateformes immobilières. «Mais ce n’est que le début», prévient le chef économiste de Raiffeisen Suisse dans le journal alémanique. La situation n’est toutefois pas partout la même en Suisse selon des observations récentes.

Des logements toujours plus petits

Les tendances observées sur les sites d’annonces confirment une forte hausse de la demande face à une offre toujours plus restreinte. Pour chaque logement mis en location en ligne, on compte en moyenne 5,6 demandes par jour contre 3,6 il y a un an. Parallèlement, le nombre d’annonces publiées en juin était inférieur de 40% à celui des six mois précédents.

Les causes de cette situation sont liées à la hausse de la population. La bonne forme du marché du travail en Suisse attire la main-d’œuvre étrangère. L’arrivée de milliers de réfugiés ukrainiens joue aussi un rôle, écrit le «Tages-Anzeiger».

L’intérêt des ménages pour les plus grands espaces, alors que la tendance dans les nouvelles constructions est à moins de surface, crée aussi une distorsion du marché. Bien que les logements suisses soient en moyenne 25 mètres carrés plus petits qu’en 2005, l’espace occupé par habitant n’a presque pas baissé.

«On ne construit pas assez»

La construction de logements est loin de suivre le rythme de la demande croissante. «C’est tout à fait clair: nous ne construisons pas assez», déclare Martin Neff, de la banque Raiffeisen, dans le «Tages-Anzeiger». Les demandes de permis de construire pour des logements sont en baisse depuis 2017. Les permis de construire octroyés pour les logements locatifs sont en baisse cette année. D’une part, le durcissement des règles de construction - principalement l’application des prescriptions en matière de bruit - entrave les nouvelles constructions. D’autre part, la hausse des taux d’intérêt freine les investissements dans l’immobilier, écrit le quotidien alémanique.

(jba)

Ton opinion

277 commentaires